L'artiste joue pour son pays

Publié le par robert


Le violoncelliste François Salque revient sur les terresde son enfance pour un concert gratuit en l'église Notre-Dame-des-Flots

Par : Véronique Boscher

Sud-Médoc
C'est un récital exceptionnel du violoncelliste François Salque qui aura lieu en l'église Notre-Dame-des-Flots, à Lacanau-Océan, le jeudi 28août. Un concert qui permettra au public d'entendre ou de redécouvrir quelques-unes des plus belles pages du répertoire pour violoncelle seul.

Inspiration tzigane.
Écouter François Salque en concert ne laisse jamais indifférent. Ce musicien virtuose s'impose avant tout par la profondeur de son jeu. Animé par une grande sensibilité qui le pousse à investir avec la même intensité les territoires du classique comme ceux du contemporain, François Salque aime puiser son inspiration aux sources du répertoire. De l'univers intimiste des Suites de Bach aux tonalités festives du Voja Celle, solo d'inspiration tzigane que le compositeur franco-tchèque Krystof Maratka a dédié au jeune violoncelliste en 1999.
François Salque fera également voyager le public dans les jeux de métamorphoses de la très belle Sonate n°8 pour violoncelle de Kodaly.
Diplômé de l'université de Yale et du Conservatoire de Paris, François Salque est considéré comme l'un des meilleurs violoncellistes de sa génération. Déjà très jeune, il est primé dans les plus grands concours internationaux et obtient les plus hautes distinctions jamais attribuées à un violoncelliste français. Il s'est produit en soliste dans plus de quarante pays et a sorti plusieurs disques, dont sept avec le quatuor Ysaÿe, dont il fut le violoncelliste pendant cinq ans. Il est à l'origine de plusieurs créations mêlant inspirations contemporaines et musiques traditionnelles. Aujourd'hui, il enseigne également au Conservatoire national supérieur de musique de Paris. Ce concert exceptionnel sur les terres de son enfance commence à 21heures et est gratuit pour tous.


Publié dans La culture

Pour être informé des derniers articles, inscrivez vous :

Commenter cet article