Trois propositions

Publié le par robert

Sud-ouest du 4 sept

Alain Lamassoure a rencontré vendredi les animateurs de Lacanau Europe pour une réunion de travail


Jean-Michel David et Alain Lamassoure en pleine discussion
Jean-Michel David et Alain Lamassoure en pleine discussion

«Je suis impressionné par le professionnalisme de votre association. Vous avez des propositions concrètes très intéressantes. Je n'ai jamais vu d'association sur l'Europe comme ça!» Le député européen du Pays basque Alain Lamassoure, ancien membre des gouvernements Balladur et Juppé, n'a pas de mots assez forts pour traduire son admiration du travail effectué par l'association Lacanau Europe. Invité à une réunion de travail vendredi portant sur le rapport des citoyens européens aux institutions de l'Union à l'heure du traité de Lisbonne, Alain Lamassoure a répondu point par point à trois propositions émises par l'association par les voix de sa présidente, MShanti Jacqueline Thiru, et de son chargé de communication Xavier Soinard. Rappelons que l'objet de Lacanau Europe se décline selon deux axes, en premier lieu un projet de jumelage avec une autre ville européenne, mais aussi différents projets européens dans les domaines du sport, de la culture, de l'éducation et du développement économique.

Relais locaux.

La première proposition porte sur la création de relais locaux pour mieux relayer l'information sur les règles et la législation de l'Union, souvent très difficiles d'accès aux citoyens de base. Alain Lamassoure répond qu'effectivement «il faudrait qu'il y ait dans chaque commune un correspondant pour donner les informations de base.»

Kit d'information.

Deuxième proposition, «la création d'un kit d'information sur le traité de Lisbonne qui pourrait être réalisé par des collégiens ou des lycéens.» Le député explique alors qu'un tel kit est déjà prévu par la Commission européenne, mais il trouve très bonne l'idée de le faire réaliser par des jeunes à la place des habituels professionnels de la communication. «Je soumettrai cette très bonne idée à la Commission» promet-il. Il rappelle cependant que ce projet ne pourra pas être mis en route tant qu'il reste une incertitude quant à l'application effective du traité de Lisbonne suite au «non» irlandais par voie de référendum au printemps dernier. Il fait d'ailleurs à ce propos un long développement qui a pour but d'expliquer la complication que cette situation implique, à savoir que 26pays soient suspendus à la décision incertaine d'un seul, l'unanimité étant nécessaire dans le cas de l'adoption d'un nouveau traité.

Initiative populaire.

La troisième proposition sera celle qui soulèvera le plus l'enthousiasme de la part du député européen. Elle consiste à se servir de la règle du droit d'initiative populaire, qui dit qu'un million de citoyens d'un nombre significatif de pays de l'Union peuvent soumettre une idée à la Commission européenne, qui est alors obligée de s'en saisir. Lacanau Europe propose que ce droit soit utilisé «pour ériger la journée de l'Europe du 9mai en une grande fête populaire qui unirait les peuples de l'Union». Alain Lamassoure explique alors que ce droit d'initiative populaire, dont il est le coauteur, est quelque chose qui incite les citoyens européens à se parler à la base. Il faudrait que la première fois que ce droit sera utilisé, ce soit pour une idée spontanément sympathique. L'idée toute simple de la fête me paraît être une idée de génie! Je vous encourage à contacter des citoyens de différentes nationalités européennes pour en discuter. Il peut en sortir quelque chose de fantastique! Pour fêter dignement une telle perspective, les protagonistes de la réunion ont eu pour finir l'occasion de discuter avec le député de manière moins formelle, autour d'un verre.

Auteur : Cédric Grèze

Publié dans L'océan

Commenter cet article