Les dieux du surf

Publié le par robert

Sud-ouest le 4 sept


SURF. Le succès et le soleil furent au rendez-vous de ces olympiades, épreuves originales



Ils sont beaux, ils sont jeunes, ils sont musclés... De vrais dieux et déesses des vagues PHOTO DR
Ils sont beaux, ils sont jeunes, ils sont musclés... De vrais dieux et déesses des vagues PHOTO DR

Cette année, c'est un jeune canaulais qui remporte la seconde édition du Lacanau Watermen Ocean Games, en la personne de Jérémy Boisson, quatrième l'an passé. Comme quoi, les heures passées dans l'eau à s'entraîner dans toutes les conditions sont payantes. Il l'emporte devant le spécialiste du genre et organisateur de cette épreuve originale, Rico Leroy, également du cru.

Les deux Canaulais devancent le Basque Xabi Laffite, qui l'emporte par contre au classement par équipe avec ses camarades Bertrand Baechler, Arnaud Chevillaud et Marine, Guillaume Swisguebel, pour l'équipe Ocean Outrigger, devant justement les Canaulais du Team Ripcurl Lacanau. À noter l'excellente troisième place d'une équipe 100 % féminine, les Waterwomen Claire Dereux, Laurie Despouy, Sarah Burel et Elise Chamoux. Derrière elles, l'équipe de Biscarosse en quatrième position et les Wood Boys en cinquième, équipe de professionnels canaulais du bois, avec notamment le talentueux longboardeur Alban Méric, le « bodyboardeur fou » amateur de grosses vagues Pascal Daumas, et le pompier Sébastien Dubois.

Esprit surf.

Toutes ces équipes se sont retrouvées pour deux journées d'esprit surf, avec cette épreuve originale regroupant différentes pratiques alternatives telles que le tandem, la pirogue à 4, le stand up paddle, ou encore la titanesque course de pirogue individuelle où chacun va au bout de ses forces. Dans l'eau, sur les pirogues ou les surf tandem, jeunes et vieux « watermen » se mélangent. Le challenge physique est énorme.

Tout au long des deux journées, les compétiteurs enchaînent les séries, changent de support plusieurs fois, engagés dans une joute de « dieux du surf » mêlant toutes les qualités sportives, la force, l'adresse, l'endurance, le sens marin, la lecture des vagues. Ce n'est pas pour rien que ces sportifs sont désignés « watermen », dénomination d'origine hawaïenne pour désigner des hommes pour qui la confrontation à l'océan, quelque soit l'engin utilisé, est l'affaire de toute une vie.

Deuxième édition du genre en Europe, il y a de fortes chances que ce rendez-vous devienne un « classique » du dernier week-end de septembre. Été indien oblige, pour la deuxième année consécutive, le beau temps fut au rendez-vous, et même si les vagues furent un peu timides cette année, la fête fut belle et les héros, victorieux ou défaits, ont enchanté le public d'initiés de ces « jeux olympiques du surf ».

Auteur : C. G

 

Publié dans La gliss - le surf

Commenter cet article