Les bourgs plus urbanisés

Publié le par robert

SCOT LACS MÉDOCAINS. Le document d'orientations générales affirme un pacte avec la nature. L'urbanisme sera surtout développé sur la zone des bourgs

Selon le document d'orientations générales, les coupures d'urbanisation seront préservées. Le développement de l'urbanisation se fera en continuité du bâti existant photo Julien Lestage
Selon le document d'orientations générales, les coupures d'urbanisation seront préservées. Le développement de l'urbanisation se fera en continuité du bâti existant photo Julien Lestage

Tout en affirmant un pacte avec la nature, les élus des communes de Lacanau, Carcans, et Hourtin veulent donner un nouveau souffe au développement urbanistique et économique de leurs communes. Il sera maîtrisé, mais bien réel. À la lecture du document d'orientations générales (DOG) du schéma de cohérence territorial (SCOT), c'est ce qui ressort du contenu de ce rapport. Il permet de comprendre comment les maires et leurs équipes pensent l'avenir du territoire des Lacs Médocains. Il a été présenté vendredi dernier à Hourtin, à l'occasion d'une réunion publique.

1 Le développement des bourgs sera significatif

Si la vocation touristique des Lacs Médocains est une priorité inscrite dans le document d'orientations générales, la dynamique résidentielle, qui participe à augmenter la population permanente, est assumée. L'extension de l'aire d'influence de l'agglomération bordelaise semble inévitable. Et les élus se sont engagés à l'encadrer. Dans les années à venir, ce sont les bourgs des trois communes qui vont connaître un développement urbanistique significatif. Dans le détail, l'essentiel de l'extension urbaine de Lacanau-bourg est prévu sur sa partie est. Entre le centre-ville et le quartier du lac, « un processus d'achèvement de l'urbanisation » est aussi programmé. Enfin, une ouverture à l'urbanisation est envisagée à l'intérieur de « l'enveloppe constituée par la future déviation de Lacanau (RD6) ». À Carcans-bourg, la stratégie repose sur un « processus d'achèvement de l'urbanisation en continuité des quartiers existants ». En clair, au nord, au sud, à l'est et à l'ouest, des espaces à urbaniser sont dessinés sur une carte. À Hourtin-bourg, c'est le centre-ville et sa partie nord qui devraient bénéficier d'un « complément d'opérations de structuration de l'urbanisation ».

2 Un attachement réaffirmé à la nature

L'océan, les lacs, la forêt. « La volonté affichée dans le Scot confirme la place dévolue à ces espaces qui s'imposent comme des entités durables devant être préservées et valorisées ». Dans DOG, les élus mettent en avant le principe du « pacte avec la nature ». La transmission d'un « capital nature préservé » pour les générations futures est revendiquée. Le fondement de ce pacte s'articule en trois points. Soit garantir une emprise des espaces naturels à hauteur de 80% du territoire communautaire, préserver les emprises et les conditions nécessaires au maintien et à l'évolution de la filière sylvicole. Enfin, s'appliquer à une gestion économe des espaces en « privilégiant le renouvellement urbain et l'urbanisation de terrains en continuité des quartiers existants ».

3Une évolution pour les stations balnéaires

Le rôle « moteur » de la station balnéaire canaulaise a été reconnu. À plus grande échelle, les élus souhaitent développer autour de Lacanau « un pôle d'économie touristique ». Il devrait jouer un rôle « majeur ». Si les outils qui doivent permettre d'animer ce pôle restent flous pour le moment, on comprend surtout qu'il s'agit d'encourager la dynawmique touristique existante, et de moderniser une station qui vit depuis des décennies sur ses acquis. Dans cette réflexion, le processus d'érosion du trait de côte a été pris en compte. À long terme, il va s'agir d'organiser « un éventuel repli de l'urbanisation sur de nouveaux terrains en retrait du littoral ». Un scénario qui pour la première fois paraît sérieusement envisagé.

En attendant ce qui semble être inévitable, des opérations d'urbanisation sont annoncées. Il s'agit notamment de densifier les zones urbanisées existantes. Ce qui vaut aussi pour Carcans-plage, Maubuisson, et Hourtin-plage. Dans l'ensemble, on note que le plan d'aménagement de la Miaca reste un modèle de référence pour les élus. On peut aussi estimer que la loi littoral continue de jouer son rôle de garde-fou. La pression du bâti est forte sur cette frange de côte. Les élus en charge de l'urbanisme et du tourisme y sont confrontés au quotidien.

Auteur : Robert Boivinet. Pierre Vallade. Julien Lestage
sud-ouest du 22 oct

Publié dans l'environnement

Commenter cet article