Opposition offensive

Publié le par robert


 
LACANAU. Richard Reggiani met en garde les élus de l'opposition de ne pas avoir une attitude trop molle

 

Jeune retraité, Richard Reggiani veut pour le moment prendre du recul sur la vie politique canaulaise PHOTO C. G.
Jeune retraité, Richard Reggiani veut pour le moment prendre du recul sur la vie politique canaulaise PHOTO C. G.

La création de l'AVLA en 2006 avait pour vocation la constitution d'une liste d'opposition la plus ouverte possible face au maire, ainsi que « l'élaboration d'un programme ambitieux mais réaliste dans l'intérêt de tous les Canaulais ». L'AVLA a donc participé à la liste Vivons Lacanau de Laurent Peyrondet, en déplorant le manque d'unité et l'éparpillement des opposants à David, ce qui a finalement permis sa réélection. Cette séquence a toutefois permis de faire élire cinq membres de Vivons Lacanau au Conseil municipal, laissant pourtant le président de l'AVLA, Richard Reggiani, sur la touche en raison de sa 7e place sur la liste.

« Aujourd'hui, le contexte politique a donc évolué. Pour des raisons de lisibilité pour les Canaulais, il est apparu plus judicieux de créer une nouvelle association, du même nom que la liste », explique Richard Reggiani. « L'assemblée générale de l'AVLA du 4 octobre a donc voté à 97 % pour la dissolution de l'association. »

Simple administrateur.

Il indique par ailleurs qu'une répartition des fonds a été votée, sous la forme de trois dons, l'un en faveur de Vive La Forêt, le second pour le Téléthon, et le troisième pour aider à la création de l'association Vivons Lacanau. « Malgré l'insistance de mes amis, j'ai pour ma part décidé de rester simple administrateur et de ne pas endosser pour le moment de rôle de responsabilité », explique l'ancien président de l'AVLA. « Jeune retraité, j'ai en effet besoin de prendre du recul. Après trois campagnes intenses aux municipales, je confesse une certaine fatigue. Par ailleurs, je pense que les cinq élus de Vivons Lacanau doivent apprendre par eux-mêmes et faire leur propre expérience ». Veillant ces cinq élus comme ses protégés auprès desquels il tient la place du sage conseiller, il les met en garde sur l'évolution du mandat de Jean-Michel David, qu'il considère comme un politicien habile qui nourrit des ambitions politiques au-delà de la sphère communale. « Avec la fausse ouverture proposée par le maire au début du mandat, le risque est de se retrouver dans une opposition trop feutrée. Une opposition est constructive dès lors qu'elle est offensive et incisive. Sur chaque sujet traité ou non en Conseil municipal, l'opposition doit expliquer ses positions, faire part de ses propositions, argumenter ses choix et justifier ses votes auprès des Canaulais ».

Un travail régulier.

« Cela doit se traduire par un travail régulier, toute l'année, sur le terrain et à l'écoute des demandes des Canaulais. L'opposition doit exister au quotidien, et pas seulement lors des Conseils municipaux où elle a été pour le moment très performante. Mais on doit aussi l'entendre en dehors des conseils ». Et il insiste sur le fait que les cinq élus doivent « apprendre par eux-mêmes à connaître Jean-Michel David ». Richard Reggiani parle en connaissance de cause. Ayant soutenu Jean-Michel David en 2001, puis s'étant senti trahi dans le cours du mandat, il estime être l'un de ceux qui le connaissent le mieux.

Auteur : Cédric Grèze
sud ouest du 23 oct

Publié dans la politique

Commenter cet article

Canaulais 26/10/2008 09:49

L'opposition de Lacanau est à l'image du PS actuellement : une opposition "molle". Quand entendrons nous de vrais arguments, verrons-nous "taper du poing sur la table" pour manifester le mécontentement. A trop caresser dans le sens du poil, on laisse faire, on laisse passer le temps, on attend sagement les prochaines élections... La participation à la vie publique et collective mérite mieux !