Le parc naturel en route

Publié le par robert

PARC NATUREL RÉGIONAL. Avec la visite d'Alain Rousset en Médoc, le projet de PNR est officiellement lancé. Aux élus locaux de plancher sur le périmètre et la charte

Alain Rousset, président du Conseil régional d'Aquitaine : « Le Médoc a un positionnement géographique unique » photo Julien Lestage
Alain Rousset, président du Conseil régional d'Aquitaine : « Le Médoc a un positionnement géographique unique » photo Julien Lestage

Lundi, après une balade sur l'île de Patiras pour l'inauguration du phare, Alain Rousset, le président de la région Aquitaine, est venu parler aux élus médocains du projet de Parc naturel régional (PNR). Visiblement, le sujet ne laisse pas indifférent. Une bonne partie des maires du Médoc était au rendez-vous de cette première réunion d'information qui s'est déroulée dans la salle des fêtes de Saint-Laurent.

Dans ce dossier, il s'agit de rappeler que le lundi 20 octobre dernier, c'est à l'unanimité que le Conseil régional a adopté une délibération proposant de lancer les premières études de faisabilité d'un PNR du Médoc.

Pas de craintes à avoir.

C'est Yves Lecaudey, vice-président du Conseil général et patron du Pays Médoc qui a ouvert la « séance » par un mot d'introduction. Dans son discours, il a notamment rappelé qu'il ne fallait pas faire l'amalgame entre parc national et parc naturel régional. Selon Yves Lecaudey, « il n'y a pas de désavantage » à être en PNR, et en particulier pour tout ce qui concerne le volet du développement économique. En clair, pas question de figer un territoire. À titre d'exemple, il a été évoqué lors des échanges avec l'assemblée le Parc naturel des Landes de Gascogne sur lequel est venu s'installer le laser mégajoule, et d'autres projets d'entreprises. On comprend donc que les projets industriels et le PNR sont compatibles. Un message réitéré à plusieurs reprises lors de la réunion.

Un projet pour avancer.

C'est au début de l'année 2007, au moment où le débat sur le terminal méthanier au Verdon animait la presqu'île, que l'idée du PNR s'est imposée à Alain Rousset. Lundi, il a aussi indiqué que c'est après quelques conversations avec Henri Sabarot, maire de Carcans-Maubuisson et président de la Fédération girondine de chasse, aussi Pascale Got, la députée du Médoc, et Yves Lecaudey, que cette évolution s'était précisée.

Sur le fond, tout en revenant sur l'identité forte du Médoc, et ce « caractère » qui s'est largement manifesté lors du dossier du contournement de Bordeaux, et plus récemment sur le Méthanier, Alain Rousset a posé le problème du développement de ce territoire. « Comment l'ensemble du Médoc avance ? »

Le président évoque alors pêle-mêle la pression démographique et urbanistique de la CUB, puis « cette poche de misère incroyablement cruelle dans le Médoc ». Au final, Alain Rousset a invité les élus à un effort de réflexion sur l'avenir de la presqu'île. Un territoire qui doit aussi sortir de cette opposition trop systématique entre la volonté de désenclaver et celle de vouloir préserver une certaine tranquillité de vie.

Une longue route.

C'est une charte qui va préciser l'identité du PNR du Médoc. Le travail des élus va donc commencer. Au débat, la création d'une sorte de constitution. Celle qui va établir un périmètre, et tout ce que l'on pourra faire ou ne pas faire dans le PNR. Type de gouvernance, développement urbanistique, projets industriels ou pas, animeront à coup sûr des réunions de travail très concrètes.

Auteur : Julien Lestage
sud ouest du 28 oct

Publié dans l'environnement

Pour être informé des derniers articles, inscrivez vous :

Commenter cet article