L'Office de tourisme à trois

Publié le par robert

LACS MÉDOCAINS. Les élus communautaires ont décidé la création d'un Office de tourisme intercommunal. Selon le président, il sera opérationnel en janvier 2010


Selon Henri Sabarot, le président de la CdC des Lacs médocains : « Des espaces d'accueil pour le public seront préservés dans les trois communes » photo Julien Lestage
Selon Henri Sabarot, le président de la CdC des Lacs médocains : « Des espaces d'accueil pour le public seront préservés dans les trois communes » photo Julien Lestage

Modification de statuts sans aucune tension, un débat d'orientation budgétaire lisse au possible, des travaux de réhabilitation du siège social de la CdC attendus, et le rapport d'activité du Smicotom 2007. Sans que la délibération ne soit écrite, le dossier « fort » du dernier Conseil de communauté de communes des Lacs médocains est arrivé en fin de séance.

C'est Henri Sabarot, le président, qui en a fait l'annonce. Les maires de la CdC ont décidé de s'engager dans le projet de création d'un office de tourisme intercommunal. Même si le sujet est « sensible politiquement » comme l'a souligné le patron des Lacs médocains en préambule de son intervention, il a aussi affirmé qu'il était temps « de passer à une vitesse supérieure ».

Une dernière saison.

L'organisation actuelle, c'est-à-dire trois offices de tourisme distincts (deux Épic : Hourtin, Carcans, et une association : Lacanau, sans oublier une entité Médoc Océan qui assure un service de promotion), va vivre sa dernière saison l'année prochaine. Henri Sabarot a annoncé un calendrier. « Nous avons pour objectif d'être opérationnel en janvier 2010. »

Sous l'égide de la commission tourisme, c'est un groupe de travail qui va plancher sur le dossier. La forme juridique du nouvel office de tourisme a été décidée. Il s'agira d'un établissement public à caractère industriel et commercial (Épic), dont le nom sera Médoc Océan.

Sur ce point, Henri Sabarot, qui a rappelé que sa commune avait pris l'orientation de l'Épic en 1996, a tenu à rassurer : « L'orientation politique est impulsée par la collectivité [...]. Le budget est voté par l'Épic. Il sera ensuite soumis à la Communauté de communes [...]. Le président de l'Épic sera un élu communautaire. »

Bref, ce n'est pas tant sur cette partie juridique que les discussions vont s'animer, mais plutôt sur des sujets plus politiques, et pratiques.

Des identités distinctes.

Un office de tourisme intercommunal sous la forme d'un Épic, cela veut dire définir une stratégie touristique commune. Elle devra donc tenir compte des identités fortes des trois stations balnéaires. C'est-à-dire de ce qui rassemble, mais aussi des différences affichées, et d'une certaine concurrence qui en période de crise économique peut rendre des orientations et des arbitrages délicats. Outre ce volet stratégie, il y a le sort du personnel, et une décision à prendre sur la localisation du siège.

Les trois offices de tourisme existants ont des cadres et des équipes en place. La nouvelle organisation, qui prévoit une mutualisation des moyens, va-t-elle préserver l'ensemble des collaborateurs ? Il s'agira aussi de se mettre d'accord sur le profil et l'embauche du directeur de la nouvelle structure. Enfin, un président de l'Épic devra être élu, et le siège de l'Épic intercommunal implanté sur l'une des trois communes. 14 mois, avec une saison au milieu, c'est le temps qui reste aux élus communautaires pour traiter ce dossier « sensible politiquement ». Le sablier est en marche.

Auteur : Julien Lestage
sud ouest du 28 oct

Commenter cet article