A la conquête du Médoc

Publié le par robert

ITINÉRAIRE. À Hourtin, Arnaud Peroux a donné une touche western à son camping. Le concept plaît. Il lance maintenant un club hippique ouvert à l'année

Arnaud Peroux : « Plus que de monter, c'est la communication avec le cheval qui me motive » photo J.L.
Arnaud Peroux : « Plus que de monter, c'est la communication avec le cheval qui me motive » photo J.L.

Il s'est installé dans le Médoc pour changer de vie. À Paris, Arnaud Peroux travaillait dans l'industrie du luxe. Il résume : « Le métier ne me correspondait pas. Je n'étais pas vraiment à ma place dans les soirées paillettes et cocktails ». Avec Valérie, sa compagne, décision est alors prise de fixer le cap sur Hourtin. Une occasion se présente. Reprendre La Rotonde, un camping qui était tenu par la tante d'Arnaud. Un prêt à la banque et, en 1998, il entame sa première saison. Le couple, heureux dans son nouvel environnement, est devenu médocain.

Un certain coup de vent.

À peine le temps de se remettre de la première saison, et la tempête de 1999 couche le camping au sol. L'entrepreneur se souvient. « Le lendemain, il ne restait plus rien, sinon une petite cabane en bois qui est toujours là. » Pas vraiment le choix, Arnaud reconstruit son camping avec des proches. Et assure la saison suivante. Le but étant de ne pas perdre une année d'activité. Car les traites, elles, n'attendent pas. Il sera d'ailleurs obligé de contracter un second emprunt pour poursuivre l'aventure.

Une nouvelle identité.

C'est dans cette période difficile de l'après-tempête que le chef d'entreprise décide de donner une orientation nouvelle à son camping. Il aura un thème. C'est le village western. Un endroit qui accueille tous les vacanciers, où les bikinis du nord de l'Europe croisent les chapeaux texans. Les uns dorment dans des tipis, les autres dans des mobile-homes plus conforts. Il n'empêche que le soir, la piste de danse est commune... Malgré une prise de risque, le concept plaît. « Le chiffre d'affaire du camping n'a jamais cessé de progresser », confie le chef d'entreprise.

Un centre hippique.

Autour de cette nouvelle organisation, il y a un élément moteur. C'est le cheval. Une passion que partagent Valérie et Arnaud.

Au camping, le club hippique « Westerlies Farm » occupe une bonne place. Sur la base d'une méthode d'apprentissage reconnue, La Cense, cette équitation éthologique fondée sur la compréhension du cheval, une autre dynamique se crée.

Récemment, après des investissements lourds, la construction d'un manège couvert de 900 mètres carrés vient de se terminer. Il est désormais possible d'apprendre à monter sur un cheval « dans la complicité » toute l'année. Une cavalerie de 25 chevaux et poneys est à disposition. L'activité d'Arnaud et Valérie est maintenant ouverte à l'année. Un projet de vie qui se poursuit.

Westerlies Farm : 05 56 09 10 60. www.village-western.com

Auteur : Julien Lestage
sud ouest du 1er nov

Publié dans hourtin

Pour être informé des derniers articles, inscrivez vous :

Commenter cet article