Tout est bon dans le P.N.R.

Publié le par robert

Le président du conseil régional d’Aquitaine est venu présenter le projet de P.N.R. du Médoc devant des élus globalement réceptifs.



Tout est bon dans le P.N.R.
Il y a moins d’un an, tout le monde ignorait la signification du sigle. L’idée avait été avancée par Alain Rousset, président du Conseil régional, comme pour allumer un contre-feu en plein débat (houleux) sur le projet de terminal méthanier au Verdon-sur-mer. Aujourd’hui, le parc naturel régional (P.N.R.) du Médoc est l’idée de ce début de siècle dans la presqu’île. Paré de toutes les vertus, il deviendrait la panacée à tous les maux dont souffre le Médoc (enclavement, chômage, misère sociale, etc.), en créant, qui plus est, un consensus politique et sociétal comme on n’en a plus vu depuis la victoire des Bleus en Coupe du monde…
C’est en tout cas ce que pouvait conclure un auditeur moyen en assistant, lundi 27 octobre, à la salle des fêtes de Saint-Laurent-Médoc, à la présentation du projet de P.N.R. par Alain Rousset en personne, devant un parterre d’élus du Pays Médoc et de socio-professionnels. Car apparemment, dans le P.N.R. comme dans le cochon, tout est bon. C’est une structure de territoire dans lequel les élus décident ensemble de leur avenir, en fonction d’une charte pré-établie, qui permet de traiter simultanément et harmonieusement tous les aspects de la vie à l’intérieur de ce territoire, l’économique, le social, l’environnemental, le patrimonial ou encore le culturel et l’associatif. Avec si peu de contraintes qu’on en parle à peine, comme celle d’y interdire la publicité trop voyante ou la circulation de véhicules à moteur sur certaines routes ou espaces protégés.

> Pour le reste, c’est la porte ouverte à toutes les initiatives, avec de larges aides de la Région. Ça ne bloque nullement, bien au contraire, le développement économique. A ne pas confondre avec les sanctuaires que constituent les parcs nationaux. Yves Lecaudey, président du Pays Médoc, a ainsi rappelé fort à propos que l’ensemble du projet de la Route des Lasers, autour du Barp, avec ses centaines d’emplois et ses constructions de très haute technologie, se trouvait inclus, dans sa totalité, dans le périmètre du parc naturel régional des Landes de Gascogne.
Or, il est vrai que le Médoc, avec ses caractéristiques propres - une délimitation géographique évidente, un patrimoine naturel et culturel riche, un environnement remarquable, mais fragile, un développement harmonieux à rechercher -, semble l’endroit idéal pour créer un P.N.R., qui rejoindrait ainsi les quarante-cinq autres existant en France métropolitaine et dans les département d’Outre-mer. « Il manque aujourd’hui un fil rouge dans
le développement territorial, estime ainsi Pascale Got, députée du Médoc. Le P.N.R. peut être ce fil rouge, pour parvenir notamment à un développement économique intelligent et harmonieux du Médoc. » Enthousiasme également pour Xavier Pintat, sénateur-maire de Soulac-sur-mer, qui voit dans le P.N.R. l’occasion d’une « vraie prise de conscience des enjeux environnementaux sur un territoire qu’il faut préserver, moderniser, mais surtout pas sanctuariser. » « Un projet ambitieux et généreux, ajoutait pour sa part le sous-préfet du Médoc, Olivier Delcayrou, car exigeant sur la valeur du patrimoine qu’il doit classer et protéger. »

> Certes, le chemin sera long. La procédure de classement d’une région en P.N.R., qui se fait par un décret ministériel, nécessite d’abord un travail de fond sur l’ensemble des documents d’urbanisme qui définiront ce qu’il est possible de faire sur ce territoire (S.C.O.T., S.A.G.E., schémas directeur divers, etc.), puis la définition d’un périmètre, une kyrielle de consultations, la saisine de l’Etat, la rédaction d’une charte, une enquête publique. Mais le premier pas a été franchi, le 20 octobre dernier, au Conseil régional, où l’on a adopté, à l’unanimité, le principe d’une étude de préfiguration du P.N.R. du Médoc. Si la volonté et la cohésion affichées lundi ne se démentent pas, alors cette entité verra le jour et le Médoc n’aura sans doute pas à s’en plaindre, à l’instar des territoires qui ont déjà adopté ce statut (voir ci-contre l’article de Dominique Barret).
Et même si les questions seront nombreuses dans les mois et les années à venir, l’enjeu est de taille. C’est, devait conclure Alain Rousset, « ce qui permet de passer d’une politique au fil de l’eau à un destin véritablement maîtrisé. »

Pour en savoir plus sur les parcs naturels régionaux, il faut consulter le site officiel, très complet, de la fédération des P.N.R. : www.parcs-naturels-regionaux.fr
Le Journal du Médoc
Pour être informé des derniers articles, inscrivez vous :

Commenter cet article