Des gasconnades

Publié le par robert

LACANAU. Changement de bureau pour la section pétanque de la SSLO, qui en est à son troisième président en un an

Une fin de règne rocambolesque
Une fin de règne rocambolesque

Que de péripéties à la pétanque! En seulement un an, cette section de la SSLO aura connu une fin de règne dramatique et rocambolesque, trois bureaux différents, des démissions à la chaîne, un salarié décrié à qui il est reproché «de ne rien faire», auxquels doivent s'ajouter les persiflages et médisances en tout genre, imprégnant l'ensemble d'un climat délétère qui contraste paradoxalement avec la convivialité régnant lors des rassemblements et de la vie quotidienne du club. Comme si, finalement, la section pétanque n'arrivait pas à se remettre du départ en catimini de son ancien et truculent président, Alain Bazile, soupçonné en 2007 d'avoir détourné des fonds de l'association, dont une partie au moins a depuis été remboursée par l'intéressé.

Comédie humaine.

À la comédie de boulevard de l'assemblée générale de novembre 2007 s'est substituée cette année une AG tout aussi savoureuse qui a bien failli voir la fermeture du club par manque de candidats à la succession du bureau démissionnaire, présidé depuis 4 mois par Bernard Valette « le jeune ». Et c'est bien une comédie humaine à la Balzac, avec force personnages pittoresques et dramaturgie d'opérette, qui s'est jouée devant l'oeil malgré tout bienveillant de Bernard Valette « le vieux », adjoint au maire venu là en remplacement de Romain Marcet apporter son soutien municipal à la future équipe à trouver.

L'adjoint à l'urbanisme a d'ailleurs beaucoup insisté sur «un coup de pouce possible de la mairie si une équipe nouvelle se constitue». On sourit en effet beaucoup moins des gasconnades de la pétanque au plus haut sommet municipal puisque le premier adjoint lui-même a décroché son téléphone dans la semaine pour tenter de décrisper la situation. Ainsi, après de multiples débats, des rapports moraux et financiers vite expédiés par l'ancienne équipe, avec des comptes au passage non vérifiés par le commissaire aux comptes, et une interruption de séance, un nouveau bureau par défaut s'est finalement dégagé, emmené par Gilles Lefort, nouveau président adoubé par le pouvoir municipal. Il sera secondé par Bernard Martin, secrétaire, Odette Lacanu, secrétaire adjointe, ainsi que par Claude Lanaspa, au poste sensible de trésorier, et Marie-José Martin, trésorière adjointe.

Principaux points.

Une fois élu, Gilles Lefort a mis en avant les points principaux de son début de mandat. D'abord, le maintien en poste de Vincent Fournier, unique salarié du club, à qui il sera toutefois fixé une fiche de poste. En effet, un certain nombre d'adhérents estime « qu'il ne travaille pas assez » et qu'il devrait « être payé au prorata de ce qu'il fait ». Le reproche principal qui lui est adressé étant de ne pas vouloir s'occuper des extérieurs et de trop rester derrière le bar. Vient ensuite le problème de la vente d'alcool, désormais exclue, qui représentait jusqu'à présent une part importante des recettes du club. Sur ce sujet, tout le monde n'est pas d'accord. Alors que le jeune président, estimant être en « position de force » vis-à-vis de la municipalité, pense que « certaines possibilités pourraient être accordées ». Jean-Marie Broquaire, ancien trésorier de quelques semaines, estime que le 1er adjoint du maire Romain Marcet sera intransigeant concernant la loi Evin qui stipule que seules les boissons de catégorie 1, sans alcool, sont autorisées à la vente dans les enceintes sportives. L'avenir dira qui a raison. Encore de belles empoignades en perspective !

Auteur : Cédric Grèze
Lacanau le 5 nov

Publié dans le sport

Pour être informé des derniers articles, inscrivez vous :
Commenter cet article