Un siècle au village

Publié le par robert

SAUMOS. Les habitants ont souhaité un bon anniversaire à Jeantot le forgeron qui vient de souffler ses 100 bougies

Jean Prévot présente l'arbre planté pour l'occasion photo B. D.
Jean Prévot présente l'arbre planté pour l'occasion photo B. D.

Matinée exceptionnelle à Saumos, où les habitants avaient répondu présents à ce grand moment qu'est l'anniversaire d'un centenaire.

Dans le village, tout le monde l'appelle Jeantot. Ce diminutif montre bien l'affection que les habitants ont pour lui. Il est vrai que sa gentillesse est légendaire. Et puis, de son atelier de ferronnerie situé à côté de l'ancienne voie ferrée, il en a vu passer des familles, de l'arrière-grand-père aux petits enfants d'aujourd'hui, il connaît tout d'eux.

Le maire, Freddy Gaillardo, ne pouvait pas rêver mieux pour commencer son mandat de tout jeune maire : quelle fête !

Avec des mots simples, touchants il a fait le portrait de celui qui est né en 1908. D'ailleurs, il a également invité les enfants de la commune nés, eux, en 2008. Quel beau clin d'oeil !

Leçon d'optimisme.

Jeantot est donc né le 29 octobre 1908. Cette année-là, les Jeux Olympiques avaient lieu à Londres, le travail des enfants de moins de 14 ans était interdit la nuit, et à cette époque on disait que des trois couleurs du drapeau, la préférée des Français était la rouge, car elle symbolisait le vin, qui était alors considéré comme une boisson hygiénique ! À cette époque, Saumos est administré par Jean Berron, et l'Abbé Moulin s'occupait des paroissiens. Trente ans plus tard, Jeantot se marie avec Simone. Ils auront deux enfants : Jean-Claude et Colette. On doit à ce ferronnier auquel on n'ajoutait pas encore le mot « d'art », des grilles, des chenets dans presque toutes les maisons ; des portails, la ferronnerie de la salle des fêtes, de l'église, etc.

Yves Lecaudey, conseiller général, a félicité Jean Prévot pour ce beau témoignage de longévité, dans une vie où il aura connu deux guerres et une série de grands hommes. « À votre manière, vous avez écrit l'histoire de ce petit village. »

Le fils du centenaire prit la parole pour remercier la population et dit cette phrase que son père avait prononcée le jour même de ses 100 ans : « 100 ans, c'est comme une voiture de 100 000 kilomètres. Le compteur se remet à zéro, et ça repart. » Quelle leçon d'optimisme !

Mais la cérémonie la plus touchante allait venir. En son honneur, un arbre du centenaire fut planté à deux pas de chez lui : « Je vais le regarder grandir », dit Jeantot tout en prenant la pelle et versant de la terre au pied de l'arbre sous les applaudissements de la population. Ensuite, ce fut le retour à la salle des fêtes, avec la présentation des enfants nés en 2008 et l'apéritif.

Auteur : Bernard Duporge
sud ouest le 6 nov

Publié dans saumos

Commenter cet article