Le dire... et l'écrire

Publié le par robert

Animant déjà des cafés littéraires, Marie Sanchez se lance désormais dans les ateliers d'écriture. (PHOTO C.G.)
Animant déjà des cafés littéraires, Marie Sanchez se lance désormais dans les ateliers d'écriture. (PHOTO C.G.)

« Tables, chaises, pages blanches, stylos, crayons, rien de plus, rien de moins ; ainsi à portée de plume se découvre le monde, le monde de chacun, que chacun transmettra au plus près de soi-même. » C'est ainsi que Marie Sanchez décrit les ateliers d'écriture qu'elle animera à partir de demain à l'école du Bas, à Lacanau-Océan, à 10 heures. Dans le cadre de l'association Pour le dire, elle en organisera deux par mois, le 1er et 3e samedi. Un samedi sera consacré à une conduite de l'écriture, avec inducteur et consigne, tandis que l'autre samedi sera consacré à des jeux littéraires, « avec des contraintes à la façon surréaliste, oulipienne, etc. » Animant déjà des cafés littéraires, Marie Sanchez suit en ce moment une formation sur Bordeaux avec le Gfen pour affûter ses compétences en la matière.

Un déclencheur

« Beaucoup de personnes veulent écrire, mais n'osent pas, explique-t-elle. Ils ne sont pas sûrs, ils se bloquent, ou tout simplement attendent l'inspiration. L'atelier d'écriture fera de la page blanche une « cage où l'on apprend l'oiseau ». L'animateur est là pour proposer des inducteurs d'écriture, des contraintes, des consignes. Il n'y a plus de panne, car il y a un déclencheur. On peut alors passer toutes les vitesses, monter toutes les côtes, descendre toutes les pentes, parcourir tous les espaces ». « Les textes produits sont ensuite lus au groupe et peuvent être retravaillés ou recopiés plus tard, à froid. « La séance est suivie par une discussion sur ce qui vient de se passer » continue Marie Sanchez. Quant aux jeux littéraires qui seront proposés une fois sur deux, « ce serait un peu comme faire ses gammes, exercer son instrument. Très ludiques et moins profonds, plus distanciés par rapport à soi-même, ils permettent d'explorer les champs formels d'écriture, de peaufiner les moyens d'expression directe. Ils ouvrent des voies nouvelles, fracassant les moules, les modes habituels et les consensus ».

 

Révélation

L'objectif de Marie Sanchez à travers ces ateliers est avant tout « le plaisir d'écrire, sans blocage. C'est aussi le plaisir de se réunir, sans jugement, et d'écouter attentivement ce que l'autre a à dire et ce que l'on a soi-même à dire. C'est souvent une révélation. Chacun est amené à dire par l'écrit ce qu'il a à dire, de la manière exacte dont il veut le dire, pour communiquer sa propre définition, sa propre réponse au monde. » Tout un programme.

Cédric Grèze

Publié dans La culture

Commenter cet article