Un vrai breakfast pour les élèves de sixième

Publié le par robert


John, Isabella et leurs camarades ont fait honneur au petit-déjeuner à l'anglaise. (PHOTO R. B.)
John, Isabella et leurs camarades ont fait honneur au petit-déjeuner à l'anglaise. (PHOTO R. B.)

Lundi matin, au petit-déjeuner, thé, chocolat chaud, jus de fruits, tartines beurrées et confiture... mais aussi « scrambled eggs, bacon, sausages, beans, mushrooms, tomatoes » ! Et pourtant nous n'étions pas à Cambridge ou à Oxford, mais bel et bien à Jules-Chambrelent, à Hourtin !

Ce jour-là, les quelque 103 élèves de sixième étaient en effet conviés à un pur breakfast britannique dans le cadre d'une initiative pédagogique menée par leurs professeurs, d'anglais bien sûr, Pascale Baudoux, Élisabeth De Ridder, Carine Laborde, mais aussi leurs professeurs de sciences de la vie et de la terre et leur infirmière Sylvie Trani.

L'objectif recherché s'inscrivait en effet tout autant dans l'illustration vivante des moeurs et coutumes de nos voisins d'outre-Manche que dans l'importance de la prise d'un « solide » petit-déjeuner pour de jeunes adolescents qui, malheureusement quittent souvent leur nid familial, tôt le matin, l'estomac pratiquement vide. « Une habitude très regrettable, et qui n'est pas sans conséquences » pour Sylvie Trani, confrontée chaque jour « à des élèves pris de fringale, en panne de calories, au bord de l'hypoglycémie sur les coups de 11 heures » et qui rappelle que le petit-déjeuner devrait pourtant être un moment essentiel dans l'équilibre alimentaire.

Le repas le plus important

Quant aux professeurs de sciences, c'était pour eux l'occasion d'aborder la question « souvent mal maîtrisée par les enfants » de l'origine, animale ou végétale, des différents éléments d'un petit-déjeuner, mais aussi celle de l'apport indispensable des différents nutriments entrant dans sa composition, protides, glucides, lipides, vitamines et autres oligo-éléments.

Côté enfants, les réactions furent évidemment très diversifiées ! Si la perplexité se lisait sur les visages de quelques petits Médocains pure souche face aux saucisses grillées et aux haricots sauce tomate, Isabella, la jeune Anglaise, ou John, natif de Dallas, semblaient rajeunir de quelques années et ne boudaient pas leur plaisir ! Mais visiblement la presque totalité ont fait un effort pour au moins goûter à tout et certains sont même repartis franchement conquis après avoir demandé du « rab » !

Une initiative donc largement positive pour la principale, Monique Roiné, qui avait aussi mobilisé pour la circonstance tous les personnels de service disponibles de l'établissement.

Robert Boivinet

Publié dans hourtin

Pour être informé des derniers articles, inscrivez vous :

Commenter cet article