Le traitement des eaux usées sujet à controverses

Publié le par robert

La station des Pellegrins a fait l'objet d'une enquête publique cet été. (PHOTO V. B.)
La station des Pellegrins a fait l'objet d'une enquête publique cet été. (PHOTO V. B.)

Les deux installations d'épuration d'eaux usées de la commune, dont une est située aux Pellegrins et l'autre à l'océan, ont fait l'objet de plusieurs critiques ces derniers mois et notamment de la part d'Oliver Soria, élu d'opposition de gauche.

Dans une lettre au maire en juin dernier, il dénonçait « une station hors normes à Lacanau-Océan qui ne retraite plus rien », à propos de celle de l'océan.

Quant à celle des Pellegrins, il s'inquiète des rejets « en quantité de boues dans les lagunes, rigoureusement interdits par les législations françaises et européennes ». Il explique également avoir constaté, tout au long de l'année, que « les curages des bassins d'étalement n'ont pas été complètement réalisés » et qu'il y a eu de « graves pollutions » au niveau des postes de relèvement, et notamment du poste de relèvement (PR) 12 de Talaris, qui achemine tous les eaux usées du bourg et de ses environs vers la station.

Ces observations ont été notées dans le rapport de l'enquête publique, qui s'est déroulée cet été, portant sur la station d'épuration des Pellegrins.

Une visite sur les sites avec les élus et les interlocuteurs de la Lyonnaise des eaux a permis de faire le point.

Désaccord sur la pollution

À propos du PR 12, pour Elric Prévot, il n'y a pas eu d'incidents. Il explique que ce poste dispose par contre d'une zone de rétention pour éviter des débordements en cas de très fortes pluies.

Pour l'élu de gauche, cette zone dirigerait les eaux, via la craste voisine, en direction du lac. Olivier Sora affirme d'ailleurs en avoir des photographies. Allégation à nouveau contredite par la Lyonnaise qui précise que les eaux, éventuellement contenues dans cette zone, s'infiltrent dans le sable.

Même scénario lors de la visite de la station des Pellegrins. Les interlocuteurs de la Lyonnaise confirment que tous les rejets sont conformes à la législation et contrôlés régulièrement par la DDASS, jusqu'à une fois par semaine en période estivale.

Des boues dans les lagunes

Concernant la présence de boues dans les lagunes, la Lyonnaise explique que des boues finissent toujours par arriver dans les lagunes, c'est pourquoi celles-ci sont curées tous les 3 ou 4 ans. Elric Prévot ajoute que tout est mis en oeuvre pour avoir de bons résultats, dont dépend une importante prime à l'épuration. Le bon fonctionnement de la station d'épuration est aussi un des critères pour l'obtention du label pavillon bleu, dont la commune a bénéficié en 2008.

Pour la Lyonnaise, la seule absence de conformité par rapport à la législation réside dans les systèmes de traitement. Les travaux prévus pallieront ce retard, tout en permettant la fermeture de la station de l'océan. Une fermeture à laquelle Olivier Soria est favorable, bien qu'il reste sceptique sur les autres points du dossier.

Auteur : Véronique Boscher

Publié dans l'environnement

Pour être informé des derniers articles, inscrivez vous :

Commenter cet article