La planche et la plume

Publié le par robert

LACANAU. Cédric Grèze, précieux collaborateur de notre journal, est correspondant depuis juin 2006
Cédric Grèze intervient sur Lacanau avec Véronique Boscher. (photo J. L.)
Cédric Grèze intervient sur Lacanau avec Véronique Boscher. (photo J. L.)

Dans un coin de son cerveau, il y a toujours eu une attirance pour le journalisme. Sans doute la raison pour laquelle, en juin 2006, Cédric Grèze a accepté le job de correspondant de presse « Sud Oues t». Quelques années plus tôt, lorsqu'il engage son parcours universitaire, des études d'histoire, cette orientation devait lui permettre, pourquoi pas, d'aller vers une école spécialisée. Mais un autre virus, plus virulent, l'aura rattrapé dans son cheminement.

Le grand bleu pour horizon

Dans les années 80, nombreux sont ceux qui ont été aspirés par l'océan et les plaisirs de la glisse. Après deux années passées sur les bancs de la faculté de Bordeaux III, Cédric décide d'entamer une carrière de sportif de haut niveau dans une discipline qu'il maîtrise. Le bodyboard. Les résultats suivent. Il devient champion de France en 1995, remporte une coupe d'Europe, et compte des sélections en équipe de France. Voilà pour le début de carrière de ce correspondant de presse au profil atypique.

Une école sur le front de mer

Après le haut niveau, et de belles « sessions » sur les plus belles vagues de la planète, le rider pose ses bagages et ses planches sur le front de mer de Lacanau.

Là, il monte son école. HCL Bodyboard House. Adultes, enfants, viennent s'initier et s'entraîner avec le professeur.

C'est depuis cette base solide, que le surfeur prend le temps de retourner à l'écriture. Avant l'expérience de la correspondance, il écrit deux romans, et collabore à l'écriture d'un recueil de nouvelles. Il y a aussi toutes les publications dans les magazines de glisse. Bref, le surfeur ne se contente pas des plaisirs simples de l'océan, il fait aussi usage de sa bonne plume.

Indépendance d'esprit

Pour « Sud Ouest », son premier reportage : les festivités du centenaire de Lacanau-Océan. En binôme avec Véronique Boscher qui intervient aussi sur le secteur de Lacanau, il assure sa première tête de page pour l'édition Médoc dès le premier jour de sa collaboration avec le journal.

Rapidement, Cédric Grèze trouve ses marques. Et dans les reportages qu'il assure, il se distingue par sa liberté de ton et son indépendance d'esprit. Ce qui amuse, et parfois froisse...De cette aventure dans la presse, le correspondant tire des enseignements. « J'ai découvert un fonctionnement de la cité que je ne connaissais pas. Et j'ai aussi pu mesurer ce fort niveau d'engagement que peuvent avoir certaines personnes dans son fonctionnement.

Tant au niveau associatif, que politique.Je ne le soupçonnais pas avant de m'intéresser au journal. Il y a des gens vraiment passionnés qui s'investissent dans la bonne marche de leur village. »

Politique et faits-divers

Dans ce chemin parcouru avec « Sud Ouest », Cédric Grèze évoque la période animée des élections municipales, sans oublier l'épisode des élections complémentaires que vivra la commune de Lacanau. Là encore, il n'hésite pas à prendre les dossiers à bras-le-corps.

Dans cette même année 2008, il va suivre un fait divers qui met en émoi sa commune. Dans la nuit du 25 au 26 janvier, à Lacanau-Océan, les gendarmes médocains arrêtent un quadragénaire soupçonné d'actes pédophiles sur des enfants de son voisinage. Il se passera trois semaines avant son arrestation. Durant cette période, Cédric Grèze suit l'enquête, et travaille avec le service faits-divers de « Sud Ouest ». Un travail qui l'a passionné. Et qui le captive de jour en jour, rendant aujourd'hui ce collaborateur précieux à notre édition Médoc.

Auteur : Julien Lestage

Lacanau: le blog:
Nous ne pouvons qu'être d'accord avec les propos de Julien sur Cedric.
Nous avons de la chance à Lacanau.
Entre Cedric et sa liberté de ton (Pour que notre maire fasse des "remontrances" en public) , Véronique , son travail de "fourmi" et son écriture , Lacanau est bien desservi par nos correspondants de presse de SO.
Peut-être la place consentie par la rédaction centrale de SO devrait être moins "chiche".
L'information locale pour être pluraliste se doit d'avoir des hommes ou femmes libres.
N'oublions pas le Journal du Médoc

Publié dans la démocratie

Pour être informé des derniers articles, inscrivez vous :
Commenter cet article