HOURTIN. Henri Laurent reste mesuré

Publié le par robert

Le maire d'Hourtin a remis la médaille de Vermeil des 25 ans de services à Gilles Barrière. (photo r.b.)
Le maire d'Hourtin a remis la médaille de Vermeil des 25 ans de services à Gilles Barrière. (photo r.b.)

Après le traditionnel dépôt de gerbe au monument aux morts et la bénédiction donnée en l'église Sainte-Hélène, la célébration de la Sainte Barbe, patronne des sapeurs pompiers, s'est poursuivie par la cérémonie des voeux, un rendez-vous toujours « qualifié d'essentiel » par le major Patrick Prat, commandant du centre d'Hourtin.

En présence notamment du capitaine Jean Billault, représentant le colonel Jean-Paul Decellières, directeur du DDSIS 33, d'Henri Laurent, conseiller général du canton, de Christophe Birot et de Jean-Bernard Dufourd, maires d'Hourtin et de Naujac, Patrick Prat a d'abord adressé ses remerciements et voeux d'usage à tous les invités présents, louant les personnels relevant désormais de son autorité (8 sapeurs-pompiers professionnels, 46 volontaires dont un médecin SPV, un pharmacien SPP/SPV, un infirmier SPV et 7 doubles statuts), soit un effectif total de 54 agents.

Davantage d'interventions

Après avoir dressé le bilan de l'activité opérationnelle de l'année écoulée, (395 interventions diverses, 81 de plus qu'en 2007), qu'il a qualifiée de « record pour le petit nombre de feux de forêt », Patrick Prat a appelé à maintenir la vigilance car « la météo peut encore réserver quelque tempête ou canicule ».

Il a également adressé un voeu à l'adresse du capitaine Billault pour que 2009 voit le renouvellement du VSAB atteint par la limite d'âge et éventuellement la dotation d'un engin citerne type CCF 6000.

Un budget en hausse

Après avoir porté un jugement globalement positif sur la nouvelle organisation du service des secours, il a notamment qualifié la centralisation des appels sur Bordeaux d'outil performant, le capitaine Billault a précisé que le SDIS 33 avait effectué 84 000 interventions en 2008, avec une hausse de 6 % des secours à personnes. Il a alors salué, prenant exemple sur l'explosion de Soulac, l'efficacité des centres du groupement nord-ouest, second au palmarès départemental.

Henri Laurent se montra lui nettement moins enthousiaste, regrettant le déclassement du centre de Lesparre uniquement en application stricte d'un règlement, et illustrant ses propos sur la centralisation des appels de l'exemple d'une urgence signalée depuis Pontet Canet (à portée de voix du centre de Pauillac) et traitée par l'envoi d'une ambulance de Castelnau arrivée sur site 30 minutes plus tard, heureusement sans conséquence fâcheuse.

Un fait source d'incompréhension auprès de la population. Il ne manqua pas non plus de s'inquiéter de la part croissante du Conseil général dans le budget de fonctionnement du SDIS, précisant que « le Département ne pouvait allouer cette année que 78 des 80 millions d'euros demandés par le SDIS (74 millions en 2008) sous peine de grever les impôts ».

Auteur : Robert Boivinet

Publié dans hourtin

Pour être informé des derniers articles, inscrivez vous :

Commenter cet article