HOURTIN. Les voeux de la Sainte-Barbe

Publié le par robert


Le major Patrick Prat présente ses voeux aux personnalités présentes. (photo R. B.)
Le major Patrick Prat présente ses voeux aux personnalités présentes. (photo R. B.)

Au cours de la cérémonie des voeux de la Sainte-Barbe, après avoir dressé le bilan de l'activité opérationnelle de l'année 2008 (voir notre édition du 16 janvier), le major Patrick Prat, commandant le centre de secours d'Hourtin, a tenu à saluer, chez les professionnels, le départ de l'adjudant-chef Alain Serres et le retour de l'adjudant-chef Jean-Michel Toitot au poste d'adjoint au chef de centre.

Le Centre 15 en question

Concernant les volontaires, Patrick Prat a signalé les départs de Delphine Lalanne et Brettes, et les arrivées d'Angélique Deshayes, Laura Michieletto, Romuald Deville, Arnaud Gaudet, Mikaël Jagou et Yvon Laporte. Le major n'a pas manqué non plus de remercier le lieutenant Jean-Pierre Tarditz pour ses 25 années de bons et loyaux services. Remerciements qu'il a également adressés aux maires et aux responsables de la DFCI des deux communes d'Hourtin et Naujac pour « leur engagement, leur aide précieuse et leur disponibilité ».

Henri Laurent, conseiller général du canton, illustra quant à lui ses propos peu enthousiastes sur la centralisation par Bordeaux des appels d'urgence au Centre 15 par un exemple édifiant. Celui d'un appel lancé depuis Pontet-Canet et traité par le Centre 15 par l'envoi sur les lieux d'une ambulance privée de Castelnau-de-Médoc, arrivée sur site 30 bonnes minutes plus tard. Alors que le centre de secours de Pauillac, beaucoup plus proche, n'avait même pas été alerté ! Un dysfonctionnement, heureusement sans conséquence fâcheuse, mais qui a suscité « l'incompréhension de la population et aussi celle des personnels du centre de secours de Pauillac », comme l'a souligné Henri Laurent.

Courage et dévouement

Appelés à prononcer les mots de la fin, Christophe Birot et Jean-Bernard Dufourd ne manquèrent pas de saluer à leur tour le courage et le dévouement des sapeurs pompiers, les « polyvalents de l'imprévisible » comme les appelle le maire de Naujac, et de les assurer de les trouver toujours à leurs côtés dans l'exercice d'un métier où « le risque n'est jamais absent », avant que le maire d'Hourtin ne remette à Gilles Barrière la médaille de vermeil et le diplôme pour 25 ans de services.

Auteur : Robert Boivine

Publié dans hourtin

Commenter cet article