La crise et l'espoir

Publié le par robert

5E CIRCONSCRIPTION, VOEUX. Pessimiste sur le contexte national, la députée Pascale Got veut espérer pour Ford même « s'il faut rester vigilants», dit-elle

 

C'est à Castelnau-de-Médoc que la parlementaire a présenté ses voeux devant 400 personnes. (PHOTO DR)
C'est à Castelnau-de-Médoc que la parlementaire a présenté ses voeux devant 400 personnes. (PHOTO DR)

Elle aurait créé la surprise en disant le contraire. « 2 009 sera une année difficile. Très difficile ! » La députée Pascale Got qui a présenté ses voeux devant 400 personnes à Castelnau-de-Médoc, avait évoqué à cette même cérémonie l'an dernier des clignotants qui, déjà, s'allumaient en 2008 : « demandes de logements sans réponses, fin de mois de plus en plus difficiles, finances de l'État qui n'ouvraient guère de perspectives, etc. ».

« Il y a des choix politiques qui mettront des années à estomper leurs effets négatifs », dit-elle. Deux secteurs la préoccupent particulièrement : l'emploi et les investissements publics. « La baisse des dotations de l'État perturbe les mairies, les conseils régionaux et généraux, obligés de revoir à la baisse les programmes d'investissement. »

Non au travail dominical

Elle s'inquiète, en outre, de la loi sur le logement de Mme Boutin « qui exclura les classes moyennes du logement aidé », de la loi de modernisation de l'économie qui « fait la part belle aux grandes surfaces au détriment du petit commerce et de la vitalité des bourgs ». Enfin, elle trouve que le travail dominical « n'est pas une solution ».

Pessimiste sur la politique nationale, Pascale Got estime que « 2009 sera une année charnière pour la circonscription ». Et de rappeler un chiffre, celui de 50 millions d'euros engagés pour les routes du Médoc sur 2008-2009. Engagée à l'Assemblée nationale dans la commission chasse, elle espère « le déblocage des négociations de la table ronde sur les dates de fermeture de chasse ».

Mobilisation porteuse

Elle s'est ensuite voulue optimiste sur deux dossiers : celui de la création d'un parc naturel régional et d'une aire marine protégée sur l'estuaire. « Ce ne sont pas une contre réponse au projet de port méthanier mais d'abord des outils de développement économique. »

Sur le dossier de Ford à Blanquefort, la parlementaire veut aussi positiver avec « l'espoir d'un repreneur allemand ; mais il faut rester vigilants sur les conditions de reprise des salariés : combien et comment ? ».

Et de louer le travail qui a été fait à la fois par «le comité d'entreprise, les différents syndicats, les élus locaux et les comités de soutien, sans oublier les dons des petites communes mais aussi l'écoute de la ministre Mme Lagarde. Mais notre travail doit continuer. Rien n'est gagné et il ne faut rien lâcher. »

Auteur : LAURIE BOSDECHER
l.bosdecher@sudouest.com

Publié dans la politique

Pour être informé des derniers articles, inscrivez vous :
Commenter cet article