Encore du boulot sur les lignes à basse tension

Publié le par robert


TEMPÊTE. Le travail de fourmi commence sur le réseau basse tension. Il va falloir être patient

Hier, au milieu des vignes, les équipes en intervention.( ph J. Lestage)
Hier, au milieu des vignes, les équipes en intervention.( ph J. Lestage)

Après la tempête de samedi, les réseaux haute et moyenne tension devaient être complètement réparés hier soir. Olivier Delcayrou, le sous-préfet, témoigne que ERDF (Électricité réseau distribution France) s'est engagé à respecter ce délai. Pour la moyenne tension, sur tout le territoire du Médoc, 57 incidents ont été identifiés au lendemain du coup de vent. Hier, 10 000 abonnés étaient toujours privés d'électricité. Si le retour à la normale doit être bien plus rapide qu'en décembre 1999, le représentant de l'État ne cache pas que le travail sur les lignes basses tension risque de prendre encore du temps.

Informer la sous-préfecture

Ce qui veut dire qu'environ 5 % d'abonnés vont devoir patienter quelques jours. Au passage, le sous-préfet demande aux mairies de signaler à ses services ces lignes isolées et couchées sur lesquelles il faut intervenir.

En clair, il s'agit des câbles qui alimentent un hameau, une partie du village, ou quelques maisons isolées. Et qui ne sont pas toujours faciles à localiser. Avec l'aide d'une correspondance locale, les chantiers pourraient être accélérés sur les écarts. Sur ce chapitre électricité, ce sont les communes de Salaunes, Saumos, Brach, Vendays, Bégadan et Saint-Yzans, qui risquent de souffrir le plus.

Sécurité incendie

À court terme, ce qui représente aussi une priorité sur la presqu'île, « c'est de dégager les pistes DFCI », analyse le sous-préfet. Le SDIS (pompiers) a été chargé de procéder à un état des lieux de ces accès. Ils permettent aux secours d'intervenir efficacement lors des feux de forêt. Selon la situation, des moyens seront engagés pour venir à bout de ce dossier. Le printemps est une période sensible pour le massif forestier.

Les sylviculteurs réunis

Une rencontre va être organisée entre la sous-préfecture et les représentants du Groupement forestier du Médoc « pour un premier diagnostic » d'après tempête. L'objectif étant de faire remonter au plus vite l'état des lieux. « Un plan bois est en préparation » assure le sous-préfet.

Gestion de la crise

« Dès samedi, j'ai mobilisé toutes les brigades de gendarmerie » relate Olivier Delcayrou. Ne pouvant plus communiquer avec les communes privées d'électricité et de téléphonie (fixe comme mobile), les militaires sont allés à la rencontre des élus pour évaluer la situation, donner des informations, et récupérer des messages. Selon le sous-préfet, « l'installation d'une ligne analogique sécurisée dans chaque mairie pourrait être une solution ».

Après ce week-end chaotique, et malgré la mobilisation des services de l'État, de nombreux élus ont témoigné « d'une impression d'avoir été abandonné ». Ou « d'avoir été complètement isolé ». Le message a été largement transmis lors de la réunion de lundi entre les maires et le sous-préfet.

Autre point sensible

Dans certaines communes, comme au Porge où à Salaunes, les pompiers auraient tardé à intervenir. Leur hiérarchie retenant les effectifs dans les centres de secours. « Tant que la tempête était toujours active, il n'était pas question d'engager les personnels » explique le représentant de l'État. Lequel assure que les secours ont largement joué leur rôle.

Auteur : julien lestage
j.lestage@sudouest.com

Commenter cet article