Le calme précaire après la tempête

Publié le par robert

LE PORGE. La matinée de solidarité a permis de nettoyer les pistes. Mais pas toutes les querelles
Les bénévoles ont travaillé toute la matinée. (Photo Martine Dubernet)
Les bénévoles ont travaillé toute la matinée. (Photo Martine Dubernet)

À l'entrée de la mairie, le message est clair : « Toutes les bonnes volontés sont les bienvenues ». Samedi matin, au Porge, l'heure est au rassemblement. Les querelles, anciennes, entre chasseurs et sylviculteurs sont mises de côté, durant quelques heures. Deux jours plus tôt, le maire de la commune sinistrée par la tempête, avait en effet appelé à une matinée de solidarité. Objectif : dégager les 80 kilomètres de voies d'accès aux forêts, largement touchées par la tempête.

Forte participation

40 tronçonneuses, plus de 120 personnes mobilisées, l'appel du maire a été entendu par la population. Parmi les bénévoles, on compte beaucoup de chasseurs et de propriétaires, mais aussi des habitants, soucieux de retrouver leur forêt. « C'est triste de voir de vieux arbres se coucher en trois heures. Comme je viens régulièrement y faire du VTT, j'ai voulu donner un coup de main », commente Brice Payet, Porgeais depuis 2001.

Chacun de son côté

Mais derrière la solidarité, les clivages n'ont pas tardé à réapparaître. Mardi dernier, déjà, municipalité et membres de la DFCI (Défense de la forêt contre l'incendie, NDLR) s'étaient écharpés au sujet du nettoyage des pistes. Ces derniers, sylviculteurs, auraient accusé le maire, Jésus Veiga, de ne pas les avoir sollicités en début de semaine. Samedi, les équipes ont même été constituées « par affinités », pour ne pas attiser les tensions. Une opération « chacun de son côté », qui aura néanmoins permis de remettre la quasi totalité des pistes en état.

Auteur : C. L. G

Publié dans Le Porge

Pour être informé des derniers articles, inscrivez vous :

Commenter cet article