LACANAU. Les résultats d'un travail de fond

Publié le par robert

Gilles Groleau, André Lajeunie et Claude Martin, sapeurs-pompiers du centre de secours. (PHOTO V.B.)
Gilles Groleau, André Lajeunie et Claude Martin, sapeurs-pompiers du centre de secours. (PHOTO V.B.)

C'est à la veille de la tempête que les sapeurs-pompiers du centre de secours de Lacanau ont présenté leurs voeux. Une cérémonie qui se veut toujours festive mais dont l'ambiance cette année était clairement marquée par l'inquiétude que suscitait l'alerte orange, émise par Météo France. Raison d'ailleurs pour laquelle le commandant Patrick Vina, chef du groupement Médoc, avait placé 110 personnes sur le terrain, afin de pouvoir réagir rapidement en cas de crise, une mesure qui ne s'est pas avérée inutile, vu les événements qui ont suivi.

795 opérations

C'est donc le capitaine Pierre Delpit, chef de centre de Lacanau, qui a présenté le bilan des activités du centre secours de la commune. En 2008, le centre a réalisé 795 opérations, soit une augmentation de 5 % par rapport à l'année 2007. La plupart des opérations, 678 précisément, ont été faites sur la commune de Lacanau, les autres se sont déroulées sur les communes avoisinantes comme Le Porge, Saumos, Carcans, Sainte-Hélène et Le Temple.

Plus de 80 % de ces interventions étaient des secours à personnes, 47 interventions concernaient des feux urbains et seulement 17 des feux de forêts. À ce jour, l'effectif du centre canaulais est de 55 sapeurs-pompiers, dont 22 professionnels et 33 volontaires, parmi lequel figurent deux médecins et une infirmière. « L'augmentation sensible du nombre de professionnels est la résultante de la réorganisation du SDIS, a expliqué le capitaine Delpit. En ce qui concerne les volontaires, c'est le résultat du travail de fond que nous menons au niveau du centre mais malgré cela, nous avons perdu neuf volontaires en 2008. »

Trouver un emploi

Une perte que le capitaine explique par la difficulté de trouver un emploi sur place, obligeant les jeunes à quitter la commune. En outre, beaucoup de volontaires travaillent sur Bordeaux et ne peuvent pas assurer des heures de présence le matin ou en début de soirée, compte tenu des délais de route.

Pour remédier à ce problème, le SDIS a mis en place, à titre expérimental, un nouvel emploi du temps dans le centre de Lacanau, un dispositif qui pourrait être appliqué à d'autres centres qui connaissent les mêmes problèmes. Il s'agit de faire assurer les secours entre 21 heures et 6 heures du matin par des volontaires et de 6 heures le matin à 21 heures par des professionnels. Des horaires qui seront adaptés pendant l'été avec l'arrivée des sapeurs-pompiers saisonniers.

Dans son discours, le capitaine Delpit a eu une pensée émue pour les sapeurs-pompiers disparus au cours de l'année et en particulier pour Gérard Legros, jeune sapeur-pompier volontaire, décédé à l'âge de 26 ans, suite à une longue maladie.

Pour terminer sur une note positive, il a félicité Aurore Courreaud, premier jeune sapeur-pompier qui va intégrer la section volontaire cette année, et le sergent Gilles Groleau, qui accède au grade d'adjudant. Le sergent Claude Martin a obtenu la médaille vermeil pour 20 ans de service, la médaille d'or pour 35 ans de service était pour André Lajeunie, qui fera valoir ses droits à la retraite au mois de juin.

Auteur : Véronique Boscher

Publié dans La sécurité

Commenter cet article