Les « zones humides », une richesse à entretenir

Publié le par robert


ENVIRONNEMENT. Le Médoc cherche à protéger ses lacs, ses étangs et ses marais
« La gestion des eaux passe impérativement par une politique globale de préservation ». (photo A. B)
« La gestion des eaux passe impérativement par une politique globale de préservation ». (photo A. B)

Céline Debailleul est un peu déçue. Pour sa première participation à la Journée mondiale des zones humides, il a fallu que la tempête Klaus vienne renverser ses plans. « À l'origine, avec Jérôme Allou et Laurène Claudel, mes collègues de la Sepanso, nous avions prévu d'intervenir sur deux conférences, et d'organiser une visite guidée de la Réserve naturelle de l'étang de Cousseau. »

Résultat des courses ? La première conférence, à Arès, a été annulée faute de salle praticable après le passage de la tempête, et la visite de la réserve prévue demain a été interdite, à cause des risques de chute d'arbres sur les randonneurs. Mais il en fallait plus pour les décourager. La salle de l'Escoure, à Lacanau-Océan, ayant résisté au coup de vent, la conférence prévue demain matin, à 10 h 30, aura bien lieu.

L'écosystème médoquin

Chargée de mission à la mairie de Carcans depuis 7 ans, Céline Debailleul connaît son sujet. « Les zones humides, cela concerne les estuaires, les prés-salés, les marais, les étangs ou les lacs. Historiquement, il faut rappeler que le Médoc est, à lui seul, une grande zone humide, un territoire jugé le siècle dernier comme insalubre, et que lon s'est efforcé d'assécher. »

Depuis, le développement durable est passé par là, et on s'est rendu compte que les zones humides présentaient de nombreux intérêts. « Les zones humides permettent d'avoir une meilleure qualité de l'eau, notamment grâce à l'épuration naturelle. Le développement d'écosystèmes spécifiques est favorisé par la protection naturelle de ces zones, souvent vierges d'activités humaines. »

Objectifs environnementaux

Le Syndicat intercommunal d'aménagement des eaux du bassin-versant des étangs du littoral girondin (Siaebvelg) est une collectivité qui avait pour vocation, à sa création en 1964, l'assainissement des zones humides, alors qu'aujourd'hui, les objectifs sont plus environnementaux.

Le littoral Médoquin a la chance de ne pas être industrialisé, de ne pas être proche d'une grosse concentration urbaine. Préserver son état, tout en permettant le développement économique et touristique, voilà tout l'enjeu du Schéma d'aménagement de la gestion des eaux (Sage) sur lequel travaille Céline Debailleul depuis cinq ans. La présence de deux réserves naturelles nécessite aussi une concertation plus globale incluant le facteur faune.

« D'amont en aval, des lacs médocains au bassin d'Arcachon », demain matin à la salle de l'Escoure, à Lacanau, à 10 h 30. Entrée libre.

Auteur : arnauld bernard

Publié dans l'environnement

Commenter cet article