L'association Lacanau collège avenir reste mobilisée

Publié le par robert

COLLÈGE. Les membres de LCA continuent de veiller sur le projet de collège, et évoquent les études

Isabelle Arnéodo et Thierry Lescombe, présidente et vice-président de l'association. (PHOTO V. B.)
Isabelle Arnéodo et Thierry Lescombe, présidente et vice-président de l'association. (PHOTO V. B.)

C'est à la salle des fêtes que l'association Lacanau collège avenir (LCA) a tenu son assemblée générale mardi soir. Une association qui a été créée en janvier 2007 et qui depuis cette date multiplie les actions pour soutenir la construction d'un collège sur la commune. Pour les membres du conseil d'administration, ce sont « deux ans de travail qui ont permis l'inscription officielle d'un collège à Lacanau sur le Plan prévisionnel d'investissement » du Conseil général.

« Une étape importante » mais qui ne veut pas dire que « le combat est gagné ». « Car même si la création d'un collège est prévue pour 2012, a précisé Joëlle Billa, membre du conseil, il est primordial de rester mobilisé et motivé ». Dans le rapport moral, les membres du conseil ont tour à tour évoqué toutes les démarches que l'association a effectué au cours de l'année 2008. Ils ont expliqué que leurs études démographiques mettaient en évidence le manque de collège dans le Sud-Médoc, fait le constat que le nombre d'élèves canaulais dépasse aujourd'hui le nombre d'enfants hourtinais au collège d'Hourtin, et évoqué les différents problèmes de transport.

Un collège viable

Avec l'évolution de la population canaulaise dans les années à venir, ils concluent donc qu'un collège à Lacanau est tout à fait « viable ». Quant au choix du terrain, LCA se positionne en faveur de celui qui se trouve à la Cousteyre et cela pour plusieurs raisons : une plus grande superficie permettant plus de possibilités d'évolution, une situation moins « enclavée » que celui à Lacanau-villle et un accès plus facile, répondant ainsi davantage aux critères du Conseil général, la possibilité de construire une nouvelle salle de sport, considérant que le Cosec est déjà saturé, et la disponibilité immédiate du terrain à la Cousteyre, propriété de la commune.

Pour conclure, Isabelle Arnéodo, présidente de l'association, a insisté sur le fait que « rien n'était acquis » et que beaucoup d'éléments restaient « au conditionnel ».

LCA continuera donc ses efforts afin de récolter un maximum d'informations concernant ce projet.

Auteur : Véronique Boscher

Publié dans Les associations

Commenter cet article