Déjà la reprise pour les surfeurs

Publié le par robert

GLISSE. Lacanau a retrouvé ses bancs de sable et ses bonnes vagues. Ambiance
À Lacanau, sur les parkings du front de mer, le rituel des surfeurs qui se préparent. (Photo J. L.)
À Lacanau, sur les parkings du front de mer, le rituel des surfeurs qui se préparent. (Photo J. L.)

« J'arrive de Saint-Lary. Super neige. J'ai entendu qu'il y avait des vagues. Là, je n'ai pas vraiment le temps de parler, j'y vais ! » Tout au long du week-end, ambiance surf sur la station balnéaire canaulaise. Au Lacanau Surf Club justement, samedi matin, les entraînements des compétiteurs avaient même déjà repris. « Le printemps, c'est dans trois semaines », relève un moniteur.

Dimanche, comme un rituel, dans les voitures posées sur les parkings du front de mer, « spot » idéal pour observer bien au chaud les vagues, ça discute ferme sur les conditions. Les surfeurs attendent le meilleur moment de la marée avant de se jeter au peak (1).

À l'épreuve du froid

Florent, un lycéen bordelais adepte du surf d'hiver, donne une explication. « Elle ne dépasse pas les 10°. C'est cagoule, chaussons et gants obligatoires. Le plus souvent, vous visez le moment juste, parce que vous n'y retournez pas deux fois. » Ses parents, qui ont pris l'habitude de l'accompagner, ne comprennent pas. « Elle est glaciale. Systématiquement, il ressort frigorifié. Mais toute la semaine, il ne pense qu'à ça ». L'adolescent, lui, est déjà rentré dans le bain.

Un peu plus loin, sur le même parking, Marc et Stéphane, des agents d'ERDF en week-end, enfilent leur combinaison. « L'hiver, on a pris l'habitude de venir ici. C'est plus simple. On regarde ce qui se passe sur les webcams des sites spécialisés. Et en fonction, on se décide ou pas à venir. L'été, on change d'endroit ». C'est qu'il y a trop de monde...

Des bancs après la tempête

Tout l'automne, et une bonne partie de l'hiver, les surfeurs se sont rués sur les bonnes vagues de Carcans, Hourtin et Vendays-Montalivet. À Lacanau, les bancs de sable ne faisaient plus l'affaire.

Mais après les coups de tabac de Klaus et Quinten, comme par miracle, de bonnes vagues déferlent au nord, au centre, et au sud de la station. Voilà qui devrait soulager les voisins, parfois agacés de voir trop de monde débarquer sur leurs plages.

(1) Zone de déferlement

Auteur : Julien Lestage
j.lestage@sudouest.com

Publié dans La gliss - le surf

Commenter cet article