Un dossier préoccupant

Publié le par robert

Pascale Got (député), Maryse Lacape (présidente (PHOTO L.L)
Pascale Got (député), Maryse Lacape (présidente (PHOTO L.L)

Toujours les mêmes revendications pour Maryse Lacape, présidente de l'Association des défenses des secours et de la sécurité des personnes à domicile : elle dénonce le dysfonctionnement du 15, et propose de prévoir un « sous 15 » à Lesparre pour désengorger Bordeaux.

Elle souhaite la création d'un poste de médecin non urgentiste à la clinique mutualiste de Lesparre pour la « bobologie » - entendre les petits maux - enfin trouver un moyen de contacter les secours en cas de catastrophe comme durant les deux dernières tempêtes quand le téléphone est coupé sur Vendays.

La semaine dernière, Maryse Lacape et Serge Duolé, secrétaire de l'association, avaient organisé une réunion de travail à laquelle avaient répondu présent Pascale Got (député), Michel Bibey (premier magistrat) et Alain Genest (Modem).

Désertification médicale

Pascale Got a informé le groupe de travail qu'elle avait attiré l'attention de Roselyne Bachelot, ministre de la Santé sur les risques de désertification médicale en milieu rural et avait lu les réponses de celle-ci. La député affirme qu'il y a du mieux avec le 15. « Tout n'est pas parfait mais on commence à y voir plus clair. De nombreux appels ne nécessitaient pas de départ, plutôt du réconfort ». Elle a fait ensuite l'éloge de la polyclinique mutualiste du Médoc classée en tête des établissements contre les maladies nosocomiales (classée A). « Elle sera rénovée mais il faut la faire fonctionner, renvoyer l'ascenseur »... En ce qui concerne soins, isolements, urgence... Michel Bibey, premier magistrat, pense qu'il serait peut-être souhaitable d'étudier ce dossier préoccupant en communauté de communes.

L'Association de défense des secours et personnes à domicile tiendra son assemblée générale demain, jeudi 5 mars, à 18 heures, à la salle des fêtes de Vendays.

Auteur : L.L

Commenter cet article