Exercice grandeur nature

Publié le par robert


Les chenillettes ont vaincu les obstacles marécageux. (OHOTO P.V)
Les chenillettes ont vaincu les obstacles marécageux. (OHOTO P.V)

Samedi dernier la couleur rouge du Sdis dominait la localité. Il était à peine 8 heures, que déjà, une cinquantaine de véhicules divers des centres de secours de Carcans, Lacanau, Hourtin, Sainte-Hélène, Castelnau, Pauillac, Le Porge, Salaunes, Saint-Laurent, Lesparre, Vendays, Soulac, Le Verdon, Macau, Margaux, Soussans ainsi que les colonnes sud-ouest et centre du CTA Codis, envahissaient les abords du centre de secours carcanais.

Exercice grandeur nature

Dès 8 heures, environ 80 hommes et femmes étaient donc prêts pour assister à un premier briefing du capitaine Lefort, Opg de l'opération.

L'exercice organisé par le groupement nord-ouest, consistait à mettre en oeuvre un dispositif de lutte contre les feux de forêts, et d'appliquer la montée en puissance de la chaîne de commandement en opération.

Nous sommes donc le samedi 14 mars, le terrain de manoeuvre se situe à Maubuisson en zone marécageuse et dunaire difficilement accessible. Le scénario mis en place est de lutter contre un incendie poussé par vent de secteur sud-est à la vitesse de 10 mètres/seconde dont la propagation du feu est de 1 100 mètres à l'heure sur un front de 100 mètres, et qui se dirige vers une zone d'habitation. A l'arrivée des secours, 5 000 mètres carrés de taillis feuillus sont en feu. Seul voie d'accès, pour combattre les flammes : le chemin sableux des Barkhanes.

Matériel de pointe

Dès lors, minute par minute, disposant d'un matériel terrestre de pointe, allant du PC de commandement, au dispositif de santé, adoubé du tout nouveau réseau de communication Antares, et le cas échéant, de renforts aériens, rien n'était laissé au hasard.

Simultanément, sur le terrain, compte tenu de la situation géographique et marécageuse des lieux, l'entrée en action des unités de chenillettes, a permis de démontrer aux conseillers techniques de la Ci et de l'ONF présents, que désormais, les milieux, jusque- là inaccessibles aux engins motorisés classiques, sont enfin pénétrables et contrôlables en cas de sinistre.

Côté commandement, même si l'on ne cache pas que quelques détails doivent-être améliorés, cet exercice est néanmoins jugé positif. Le commandant Vina, commandant le groupement nord- ouest, qui assistait à l'opération, est pour sa part « convaincu, qu'avec les moyens matériels dont dispose le Sdis, les situations de danger habituels peuvent-être envisager avec sérénité », toutefois précise-t-il, « compte tenu de l'état de la forêt, il y a fort à parier que nous ne serons pas en face de feux classiques ».

Auteur : P.V.

Publié dans Le Porge

Pour être informé des derniers articles, inscrivez vous :

Commenter cet article