Le débat sur l'éolien rebondit à la Médullienne

Publié le par robert

COLLECTIVITÉ. Yves Lecaudey pencherait plus pour le photovoltaïque que pour l'éolien


« Quelque chose me dit que ce n'est pas demain que l'on va voir de l'éolien. Par contre, le photovoltaïque... » La petite phrase a été prononcée par Yves Lecaudey, à l'occasion de la dernière réunion de la Communauté de communes Médullienne. Président de la CdC, il a ainsi répondu aux questionnements lancés par Didier Phoénix, maire de Brach depuis le mois de janvier dernier.

Une active prospection

Lundi soir, en fin de conseil communautaire, Didier Phoénix est intervenu pour dire que sa municipalité était engagée dans une réflexion sur le développement des énergies renouvelables. Et en particulier sur le fait que sa commune était sollicitée pour accueillir des éoliennes.

Le sujet avait déjà été abordé par Francis Meyre, son prédécesseur, lors d'un précédent conseil communautaire. Les discussions avaient dévoilé que la société Valorem, spécialisée dans le développement de parcs éoliens, prospectait activement le territoire de la Médullienne. En clair, depuis plusieurs mois maintenant, sur les communes de Brach, Salaunes, Saumos, Le Porge, Sainte-Hélène, Moulis et Listrac, Valorem a engagé une action de communication et des négociations avec les municipalités, puis des propriétaires privés forestiers. Ces derniers seraient d'ailleurs assez réceptifs.

Positionnement souhaité

En abordant une nouvelle fois le sujet en réunion de CdC, le maire de Brach a demandé au président Lecaudey si cette réflexion devait être aussi menée à l'échelle de la communauté de communes. Yves Lecaudey a répondu par la négative. Il n'empêche que le sujet éolien semble embarrasser certains maires. Lesquels ne désavoueraient pas une ligne de conduite collective.

Cependant, par la petite phrase lâchée par le président, une piste peut être interprétée. L'éolien, non. Le photovoltaïque, pourquoi pas.

Auteur : J. L.

Publié dans le patrimoine

Pour être informé des derniers articles, inscrivez vous :
Commenter cet article
J
On ne va pas laisser les marchands de ventilateurs pourrir notre pays et tuer nos oiseaux. le plus grand couloir migratoire ne peut supporter ça.
Répondre
B
Valorem fait plus de vent qu'il n'en produit !
Répondre