LACANAU. Bourse aux emplois

Publié le par robert


Une grande affluence pour la bourse aux emplois saisonniers. (photo V.B.)
Une grande affluence pour la bourse aux emplois saisonniers. (photo V.B.)

Quelque 500 chercheurs d'emploi ont poussé la porte de la 11e bourse aux emplois saisonniers, organisée jeudi dernier, par les pôles emploi de Pauillac et d'Andernos au village Azureva, à Lacanau-Ville. Avec la présence de plusieurs partenaires comme l'Urssaf, la Mission locale ou encore le Point information jeunesse de la commune, afin de répondre aux questions des candidats.

Cette année, pas moins de 700 offres étaient à pourvoir dans les secteurs de l'hôtellerie, de la restauration, de l'entretien, du nettoyage, du commerce, de l'animation et du tourisme. Des offres avec un « accès direct », selon Pierre Guillet du pôle emploi d'Andernos, car le candidat peut se mettre directement en contact avec l'employeur, sans aucun intermédiaire.

Dans la salle d'accueil, toutes les annonces étaient affichées sur de grands panneaux, par secteur d'activités et par zone géographique, pour faciliter les recherches. Chacune avec les coordonnées de l'employeur afin de favoriser un contact rapide. Comme les années passées, une cinquantaine d'employeurs avaient fait le déplacement pour recevoir directement les candidats intéressés par un entretien.

700 offres

Selon Isabelle Dovergne et Monique Dupuis, des pôles d'emploi de Pauillac, certaines offres étaient déjà pourvues en fin de matinée. Pour d'autres, en revanche, qui concernent des « métiers en tension », comme des postes de cuisiniers ou de pizzaïolos, il est plus difficile de trouver des candidats. C'est également le cas pour tous les métiers qui demandent certaines qualifications, boucher ou boulanger par exemple. Un autre constat, qui se confirme depuis plusieurs années, concerne la durée des contrats qui devient de plus en plus courte et se limite souvent aux deux mois des vacances d'été.

Surtout des étudiants

Parmi les employeurs qui avaient fait le déplacement se trouvaient Valérie et Olivier Bounias. Pour ce couple, qui tient un commerce de restauration rapide sur le front de mer, cette bourse aux emplois saisonniers est une bonne initiative. Et cela malgré le fait qu'ils n'y trouveront probablement pas, comme l'an dernier, assez de candidats pour les huit postes qu'ils offrent dans leur commerce. Lors de la bourse, ils reçoivent en moyenne entre 10 et 15 personnes pour un entretien. Parmi les candidats, ils comptent beaucoup d'étudiants, très peu de chômeurs et quasiment pas de candidats qui habitent la commune. Un constat qui, selon les organisateurs, est très lié à l'activité et qui peut être totalement différent dans un autre secteur. Valérie et Olivier Bounias regrettent que beaucoup de candidats qui se présentent à eux manquent de motivation et savent, par expérience, que certains ne se présenteront pas lors des journées d'essai proposées dans le restaurant. Pour les postes qui resteront vacants après la bourse, les deux commerçants canaulais comptent beaucoup sur le bouche à oreille et sur les candidats qui viendront spontanément présenter leur candidature au restaurant.

Auteur : Véronique Boscher

Publié dans La ville

Commenter cet article