Chercheur d'une planète plus saine

Publié le par robert

BLANQUEFORT. Samuel Moktar, 29 ans, préside Meduli Nature, association pilote pour les écomanifestations
Samuel Moktar : « on a dénaturé le concept de développement durable en le réduisant à son côté environnementa. » (PHOTO STÉPHANE LARTIGUE)
Samuel Moktar : « on a dénaturé le concept de développement durable en le réduisant à son côté environnementa. » (PHOTO STÉPHANE LARTIGUE)

Dans une autre vie, il aurait pu être chercheur, prof, la tête plongée dans les bouquins de sciences naturelles. Samuel Moktar, 29 ans, enfant de Margaux dans le Médoc, a arrêté ses études au stade du DEA.

Il est assistant d'éducation. Un job de vingt heures par semaine. Le reste du temps, il s'occupe de son bébé : Meduli Nature. « Notre bébé », corrige-t-il. Une association de sensibilisation et de protection de l'environnement fondée avec deux amis de lycée, Axel Crepey et Cédric Rebora, Médocains eux aussi. C'était il y a quatre ans.

« Nous étions des convaincus de la première heure et on ne comprenait pas que tout le monde autour de nous s'en fiche. La politique ne nous intéressait pas. Une association permet de toucher le public le plus large possible. »

Un début au Reggae Sun Ska

Peut-être pris pour de doux rêveurs par certains, la structure, outre ses activités de sensibilisation en milieu scolaire et auprès du grand public, est devenue pilote pour l'organisation de manifestations respectueuses de l'environnement, déjà appelées écomanifestations ou manifestations écoresponsables. « Dans les loisirs, on oublie souvent cette notion. Ils sont des lieux de beaucoup de gaspillage alors qu'ils peuvent servir pour donner l'exemple », relève le président de l'association. Désormais, quand Meduli Nature - la terre du milieu en latin, qui est à l'origine du mot Médoc - , mêle son nez aux festivals ou aux compétitions sportives, on ne jette plus ses gobelets en plastique partout, on mange local, des navettes sont organisées pour amener le public sur le site et les milliers de flyers imprimés ne sont plus inutilement jetés à la poubelle.

L'histoire a débuté sur le site du festival du Reggae Sun Ska à Cissac-Médoc en 2005. « Les deux premières années, ça n'a pas vraiment marché. Les gens s'en foutaient et on avait des objectifs trop ambitieux », se souvient-il. Il faut souvent essuyer des plâtres pour s'améliorer. Leur initiative essaime aujourd'hui dans toute la région. Garorock ce week-end à Marmande devient plus vert. L'an dernier, on a déjà trié les déchets sur L'Échappée belle à Blanquefort, aux Vibrations urbaines à Pessac ou à Musique à la rue à Luxey.

« Du chemin à faire »

L'association de copains, qui compte désormais deux salariés et a pignon sur rue à Blanquefort, est logiquement à la mode aujourd'hui. Le développement durable est devenu le dada des collectivités locales, est cité dans tous les plans de communication des entreprises et se déguste du matin au soir depuis quelques jours. Ne demandez pas à Samuel Moktar ce qu'il pense de la semaine dédiée à la cause. Cela l'énerve. « Le développement durable, c'est 52 semaines par an. On a dénaturé le concept en le réduisant au côté environnemental. Au-delà des mots, c'est avant tout une philosophie : vivre ensemble en préservant nos ressources naturelles pour les générations futures. »

Dans l'idéal, leur association, 90 adhérents aujourd'hui, soutenue par le Conseil général de Gironde, la Région, l'Ademe, devrait disparaître. « Dans l'idéal, oui. Si aujourd'hui les organisateurs de manifestations s'engouffrent dans ce créneau, c'est parce que dans quelque temps, faire des manifestations durables sera indispensable pour obtenir des subventions. Mais il y a encore pas mal de boulot. »

Utopiste, Samuel Moktar le reste. Pragmatique, il l'est. « Quand les bénévoles d'une manifestation ne veulent pas s'impliquer, cela ne marche pas », dit-il. Sceptique, il avoue l'être aussi. « Changer les mentalités et les comportements va prendre du temps. On est déjà très en retard. Depuis quarante ans, on dit qu'il y a urgence. Mais l'urgence, elle est là tous les jours. »

Auteur : LAURIE BOSDECHER
l.bosdecher@sudouest.com

Publié dans l'environnement

Commenter cet article