Le lotissement ne sortira pas de terre au Pyla-sur-Mer

Publié le par robert

TRIBUNAL. Le permis pour la construction de 27 logements sur le site inscrit de la forêt dunaire, près de la caserne, a été annulé
27 logements devaient être construits sur une partie de ce terrain. (PHOTO BERNADETTE DUBOURG)
27 logements devaient être construits sur une partie de ce terrain. (PHOTO BERNADETTE DUBOURG)

Bassin d'Arcachon Écologie (BAE) et l'Association de défense et de promotion de Pyla-sur-Mer (ADPPM) viennent d'obtenir, du tribunal administratif de Bordeaux, l'annulation du permis de construire, délivré le 25 juillet 2006 par (l'ancien) maire de La Teste-de-Buch pour la construction par les consorts Gaume de 27 logements, répartis en 13 bâtiments, près de la caserne des pompiers de Pyla-sur-Mer.

Dans son jugement, rendu le 30 avril dernier, le tribunal reprend les arguments développés par les deux associations, sur la base du code de l'urbanisme.

Près du site classé

Le tribunal retient, notamment, que ce terrain est situé à l'intérieur du site inscrit de la forêt dunaire de La Teste-de-Buch à proximité immédiate du site classé de la dune du Pilat ; qu'à l'exception d'une seule construction il est dépourvu de toute habitation ; que les habitations les plus proches (à plus de 500 mètres) ne peuvent être considérées comme une agglomération ou un village existant ; ou encore que le projet ne peut pas davantage être considéré comme un hameau nouveau intégré à l'environnement.

Françoise Branger, présidente de BAE, comme Jacques Storelli, président de l'ADPPM, se félicitent de cette décision. « Une nouvelle fois, ce sont les associations qui se sont chargées d'exercer une sorte de " contrôle de légalité " à la place de l'État », note Jacques Storelli, tout en rappelant que la « note d'enjeu » du futur Schéma de cohérence territoriale (Scot) « souligne, comme les services de l'État, l'impérieuse nécessité d'arrêter une bonne fois pour toutes de consommer les espaces naturels et de préserver le peu de coupures d'urbanisme qui ont pu jusque-là échapper à la pression foncière ».

« Ceci devrait servir de signal fort pour les divers acteurs et autorités en charge de l'urbanisme des communes », ajoute Françoise Branger qui pense, bien sûr, au Projet d'aménagement et de développement durable (PADD) actuellement à l'étude à La Teste-de-Buch et qui prévoit l'urbanisation de ce secteur (lire ci-dessous).

« Solution légale »

« C'est très ennuyeux, j'appuyais la construction de ces logements dont certains devaient accueillir des pompiers », commente, pour sa part, le (nouveau) maire de La Teste-de-Buch, Jean-Jacques Éroles, qui va « étudier tout ce qui est possible pour aboutir à une solution légale ».

Concernant le PADD, il précise qu'il va « discuter de la portée de ce jugement avec les services de l'État », avant de prendre une décision.

Auteur : BERNADETTE DUBOURG
b.dubourg@su

Publié dans l'environnement

Commenter cet article

Juan 09/05/2009 21:03

Je ne peux que me réjouir du bon travail effectué par BAE et ADEDPM qui , indépendament de l'étiquette des 2 maires successifs de la Teste ont fait reculer cette construction qui manifestement était contraire à la loi littoral et bétonner encore notre cote.De plus prés d'un site remarquable et classé qu'est la dune du pilat , cette construction mettait à mal une des joyaux de notre côte aquitaine.Je peux que dire bravo.

VIVE LA FORET 09/05/2009 14:41

VIVE LA FORET se réjouit de ce succès des 2 associations amies que sont BAE et l'ADEPM qui font un travail bénévole remarquable sur le Bassin d'Arcachon.Bravo ! encore une victoire en faveur de notre environnement