Un trafic de stupéfiants démantelé

Publié le par robert

HOURTIN. Après six mois d'enquête, les gendarmes interpellent douze personnes


La production de cannabis était locale. Elle poussait dans la forêt. Quant à la cocaïne, elle arrivait de Paris. Lundi dernier, après six mois d'une enquête discrète, débutée par un « renseignement » et « des bruits qui couraient », les gendarmes du Médoc sont passés à l'étape des interpellations pour démanteler un réseau local de stupéfiants.

Dans la « paisible » station balnéaire d'Hourtin, trente militaires sont venus arrêter douze individus. Sur les douze gardes à vue qui ont suivi, cinq ont été prolongées, pour une durée totale de 96 heures. Lors des perquisitions, les militaires ont pu saisir 200 pieds de cannabis et 220 g de graines, avec également 20 g de cocaïne... Plusieurs petits sachets de cocaïne vides, appelés « parachutes » dans le jargon des spécialistes, ont aussi été retrouvés.

L'enquête a révélé que l'un des revendeurs pouvait détenir environ 400 g de cocaïne. Au sujet du cannabis, alors que l'époque propice à la « floraison » est le mois de septembre, les enquêteurs ont évalué à 2 kg la « récolte » d'un producteur.

Des revendeurs pros

Les investigations conduites par les gendarmes de la brigade de recherches de Lesparre et la Communauté de brigades de Lacanau ont permis de confondre cinq revendeurs, tous majeurs et hourtinais.

Selon les militaires, ils vivaient de leur marché à l'année, et rayonnaient sur les communes de Carcans, Hourtin et Naujac-sur-Mer.

Pour Jean-Guillaume Rémy, le patron de la compagnie de gendarmerie du Médoc, il s'agissait « de démanteler le réseau avant que la saison estivale ne commence ». Une façon de casser le circuit au moment le plus important pour les revendeurs. L'officier précise que la vigilance est toujours de mise.

Le marché du Littoral

En novembre 2006, dans la commune voisine de Lacanau, un réseau de cocaïne, d'héroïne et de cannabis, avait déjà été démantelé. Après plusieurs mois d'écoutes téléphoniques, les militaires a-vaient interpellé une cinquantaine de personnes, et cinq revendeurs avaient été identifiés. La drogue, essentiellement de la cocaïne, arrivait d'Espagne.

Auteur : Julien Lestage
j.lestage@sudouest.com

Publié dans La sécurité

Pour être informé des derniers articles, inscrivez vous :

Commenter cet article