LACANAU. « Il faut lutter contre le mitage urbain »

Publié le par robert


Daniel Boulet, nouveau président de l'APLLO. (photo v. b.)
Daniel Boulet, nouveau président de l'APLLO. (photo v. b.)

Juriste, Daniel Boulet est le nouveau président de l'Association des propriétaires et locataires de Lacanau-Océan (APLLO). Nous l'avons rencontré pour évoquer les questions d'urbanisme et de développement de la ville de Lacanau.

« Sud Ouest ». Comment envisagez-vous votre rôle de président et sera-t-il différent de celui de vos prédécesseurs ?

Daniel Boulet. Je suis un juriste qui a fait une carrière de magistrat de la jeunesse et de la famille au civil et au pénal. J'ai donc été façonné pour constamment revenir à l'essentiel sans me perdre dans les détails. J'en ai gardé ce défaut : en toutes circonstances, aller à l'essentiel.

Quels sont pour vous les grands débats à Lacanau ?

D'abord, réfléchir et élaborer, autour du Plan local d'urbanisme (PLU). Par exemple : faut-il densifier, créer du logement social en centre-ville, créer des Zones de protection du patrimoine architectural urbain et paysager ? Ou encore imaginer partout où c'est possible des circulations douces, lutter contre le mitage urbain, penser des indemnisations des propriétaires des zones rouges (1) ou repenser complètement la circulation des véhicules à moteur ? Ensuite, il faut intégrer l'idée que, pour partager la richesse, il est d'abord nécessaire d'en créer, mais pas n'importe comment. Par exemple, en diversifiant davantage les activités et en privilégiant les activités « vertes ». Enfin, faire des choix autour de thèmes porteurs comme le développement durable, la sécurité des biens et des personnes et, chaque fois que c'est possible, consulter les citoyens.

Sur quoi souhaitez-vous intervenir en priorité ?

D'abord la défense de nos adhérents qui, à 80 %, n'habitent pas Lacanau à plein temps. Puis le rassemblement des associations patrimoniales, environnementales et de défense du cadre de vie autour de thèmes fédérateurs et l'approfondissement de nos relations avec toutes les autorités publiques.

Allez-vous effectuer des changements au sein de l'APLLO et comment voyez-vous l'avenir de cette association ?

J'ai pris acte que si je ne m'étais pas présenté à la présidence, l'APLLO allait vers sa dissolution. En 2010, l'APLLO aura 30 ans, l'âge des choix. Jusqu'alors, le conseil d'administration s'est toujours opposé à ce que nous nous étendions au bourg. Est-ce bien raisonnable alors que l'unité canaulaise est une priorité et que l'avenir est au rassemblement de communes ? Pour l'heure, je vais tenter de recruter chaque année deux ou trois administrateurs, plutôt des administratrices d'ailleurs, représentant la génération des 40 ans, pour assurer la relève.

(1) Zones rouges : zones rendues inconstructibles suite à l'évolution du trait de côte mais où il existe déjà des constructions.

Auteur : Recueilli par Véronique Bosche
Pour être informé des derniers articles, inscrivez vous :

Commenter cet article

ALI BABA 19/12/2010 22:38



Je voulais seulement au passage , dire bonjour a Mr Boulet ,en esperant que la presidence  de locataire , propritaire serat moins penible que la Magistrature  ...Je garde l image 
de ce magistrat droit et juste  ....Bien Cordialement a vous Mr Boulet .....


Avait vous encore des nouvelles de Mme Mahe , cela fait plus de trente Ans ...Je voulais aussi vous souhaiter  de tres bonne fetes de fins  d annee s  A bientot