LACANAU. Locaux vétustes à la poste : malaise au sein du personnel

Publié le par robert


Le facteur Claude Lavigne, de la Commission d'hygiène et de sécurité, dénonce l'état des locaux de la poste du bourg. (photo v. b.)
Le facteur Claude Lavigne, de la Commission d'hygiène et de sécurité, dénonce l'état des locaux de la poste du bourg. (photo v. b.)

Cela fait un moment que les facteurs se plaignent d'une odeur désagréable, qualifiée même de « nauséabonde », dans le local où ils trient le courrier au bureau de poste du bourg. Une odeur, dont l'origine n'a pas encore été déterminée, mais qui semble s'aggraver quand les températures montent, comme c'était le cas les derniers jours.

Une odeur qui inquiète aussi, surtout quand deux employées ont été prises de maux de tête, vendredi dernier. Et c'est à ce moment-là que Claude Lavigne, facteur qui fait partie de la Commission d'hygiène et de sécurité au travail, décide de ne prendre aucun risque et appelle le 18 pour demander l'intervention des pompiers. Une décision prise par crainte d'une nouvelle fuite de gaz, comme il y en avait eu une il y a deux mois, et qui pourrait être masquée par les odeurs dans les locaux. Car le gaz est lourd et peut s'accumuler dans les égouts, provoquant ainsi une situation dangereuse.

Intervention des pompiers

Les pompiers se sont dépêchés sur place un peu avant 10 heures vendredi matin avec des instruments de mesure et une ambulance pour prendre en charge les personnes souffrant de maux de tête. Après vérification, aucun gaz n'est détecté et les personnes souffrantes ont été conseillées de consulter leur médecin traitant.

Plus de peur que de mal donc mais la Commission d'hygiène et de sécurité au travail ne décolère pas. « Cela fait plusieurs fois que l'on signale ce problème d'odeurs », explique le représentant, mais rien n'est fait. Comme c'est le cas pour la fuite d'eau qui coule sur des prises électriques quand il pleut ou encore le pilier porteur de la terrasse qui bouge et auquel est fixée la porte d'entrée ».

Toilettes et parking

La commission revendique aussi depuis des années des sanitaires en nombre suffisant, actuellement il n'y a qu'une seule toilette pour une vingtaine d'employées, un parking pour pouvoir se garer correctement ou encore des vestiaires.

Et elle se demande s'il faudra attendre « l'effondrement de la terrasse sur les facteurs » pour enfin débloquer la situation et voir avancer les choses.

Auteur : Véronique Boscher

Publié dans La ville

Pour être informé des derniers articles, inscrivez vous :

Commenter cet article