Sooruz Lacanau Pro 1979 - 2009 : 30 ans de French Pro ! - Aquitaine

Publié le par robert


Du 13 au 23 août, le Soöruz Lacanau Pro, étape du championnat du Monde de surf professionnel, fête ses 30 ans d’existence sur les vagues de Lacanau-Océan


Sooruz Lacanau Pro
Sooruz Lacanau Pro
© Sooruz
Baptisée "the French Pro", cette compétition ASP reconnue dans le monde entier est une pièce maîtresse du développement du surf en France et en Europe. Véritable institution à travers laquelle le public découvre Kelly Slater, le Soöruz Lacanau Pro permet également de déceler les futures stars européennes en les confrontant aux meilleurs surfeurs mondiaux à l’image de Jérémy Flores.

Souvent copié par les grandes marques anglo-saxonnes de l’industrie du surf, le French Pro reste définitivement tourné vers les jeunes grâce au Oakley Pro Junior, excellent laboratoire pour la détection des surfeuses et surfeurs juniors de moins de 21 ans.

1979 : Un pari avant-gardiste

Tout a commencé en 1979 quand une poignée de surfeurs canaulais décide de mettre en œuvre une compétition de surf internationale sur les vagues girondines, à l’image de celles déjà existantes à Hawaii, en Australie ou en Afrique du Sud. Cette première en France et en Europe s’avère être un pari audacieux et risqué d’abord par le manque d’expérience des locaux, mais surtout par les avertissements de l’un des pères fondateurs du french Pro, Jacques Hèle : "Le risque de ce pari c’est la réussite ! En effet, j’ai dit à l’ensemble de ces fous de surfeurs canaulais que cette démarche entraîne deux conséquences : soit c’est un fiasco total et ça s’arrête là, soit c ’est un succès, et là…, là, je les ai avertis qu’ils sont condamnés à faire mieux chaque année !"

Evénement totalement gratuit pour le public, des ressources financières arrivent timidement de quelques partenaires locaux, mais le bouclage du budget de ce "Grand Prix Internationnal de Surf" se fait tout naturellement avec la vente des sandwiches-merguez et une tombola ! Après une année difficile en 1981 où le retrait du sponsor principal dans les dernières semaines oblige à l’annulation de l’événement, le Lacanau Pro poursuit sa route tel que prédit par Jacques Hèle, président du French Pro pendant 18 années.

Ce concept de compétition "on the beach" est repris à la fin des années 80 par les grandes marques de surf anglo-saxonnes qui trouvent là un formidable support de communication : pour preuve du plagia, le principe de la cabine des juges en bungalows de chantier vitrés préparée par les organisateurs du French Pro en 1990 est repris sur pratiquement toutes les compétitions de surf dans le monde, et reste toujours d’actualité.

2009 : Une institution reconnue

De nos jours, le Soöruz Lacanau Pro élève la petite station balnéaire de Lacanau au rang de capitale mondiale du surf en France et en Europe avec ses 350 000 spectateurs et les 50 000 internautes qui suivent le live streaming** sur la toile.

Au niveau sportif, après avoir été remportée par les plus grands noms tels que Kelly Slater, Wayne Bartholomew, Tom Curren, Martin Potter et autres Joël Parkinson, le Soöruz Lacanau Pro est depuis, le constructeur de la fameuse "Euroforce" : Jérémy Flores et le basque Aritz Aranburu entrent dans le Top44 grâce à leurs finales à Lacanau respectivement en 2006 et 2007 ; l’an dernier, le valeureux Tim Boal décroche sa place dans l’élite en atteignant les 1/8 de finales et le portugais Tiago Pires l’imite en se hissant aux ¼ de finales. Le surf français et européen ne s’étouffe plus dans l’anonymat qu’il connût au XXe siècle face à l’hégémonie anglo-saxonne et brésilienne : le French Pro reste fidèle à son credo de confronter les meilleurs surfeurs de la planète aux riders du vieux continent.

Une rétrospective de ces grandes années de fondation d’une des plus importantes compétitions de surf au Monde est éditée dans un ouvrage préparé par le photographe Thierry Organoff, et un DVD est bientôt en vente, riche en anecdotes et truffé d’interviews des créateurs du French Pro.

Un lever de rideau étoilé : le Oakley Pro Junior 2 star

En phase avec cette volonté de performances européennes, le Oakley Pro Junior s’emploie encore cette année à découvrir des nouveaux talents tels que Marc Lacomare et autres Joan Duru, futures stars du surf hexagonal : cette compétition junior hommes et femmes accède au grade de 2Star avec 15 000 $ de prize money. Le Oakley Pro Junior octroie au vainqueur homme 1500 points (750 pour les femmes) comptabilisés pour la qualification à la finale du championnat du Monde Junior à Narrabeen début 2010.

Comme chaque année depuis sa création en 1993, le vainqueur reçoit une wild card*** pour participer au Soöruz Lacanau Pro face à la crème du surf mondial à l’image du brésilien Miguel Pupo, le tenant du titre. De plus, et depuis l’an dernier, Oakley organise une compétition parallèle qui réunit tous les vainqueurs des Oakley Pro Junior mondiaux pour en découdre sur les vagues balinaises à l’automne.

Sooruz Lacanau Pro 2009 : LE 30ème tenant du titre

Cette année encore, le Soöruz Lacanau Pro est à la hauteur de ses ambitions avec 11 jours de surf non-stop, 160 000 $ de prize money à la clé, le tout rythmé par des animations et des concerts gratuits tous les soirs. Qui succèdera au tenant du titre Nathaniel Curran ? La réussite des nations phares du surf risque d’être bien compromise face à la horde de surfeurs français et européens, affutés pour s’installer avec l’Euroforce actuelle au sein du Top44.
source: mango-surf.com

Publié dans La gliss - le surf

Commenter cet article

JUJU 11/06/2009 19:32

mais pourquoi diable ne profite t on pas de cette manifestation pour allonger la saison, en la repoussant d'une ou deux semaines, plutôt que d'amener encore et encore du monde à un moment où la station est saturée et où bien souvent, il  n'y a pas ou peu de vagues ?