LACANAU. Bernard Lafargue de Grangeneuve n'est plus

Publié le par robert

Bernard Lafargue de Grangeneuve en promenade. (photo F. B.)
Bernard Lafargue de Grangeneuve en promenade. (photo F. B.)

Bernard Lafargue de Grangeneuve s'est éteint le 15 juin. Les obsèques ont eu lieu devant une assistance très nombreuse le jeudi 18 juin, en l'église de Lacanau. La famille, venue des quatre coins de France, les amis, les propriétaires voisins, les représentants des diverses associations et 10 porte-drapeaux sont venus assister à la très belle messe chantée, célébrée par l'abbé Jean-Marie Roumegous. Christian Bernon, président de l'UNC de Lacanau, dans un très élogieux discours retraçant la vie de Bernard, souligne « son esprit de résistance, sa cordialité, sa joie de vivre et sa générosité. »

Né le 7 octobre 1920 à Saint-Magne-de-Castillon d'une grande famille. « Homme libre et désintéressé, il a tracé sa route sans hésitation », comme le décrit sa fille, Sophie. Enfant, il reçoit un coup de pied de cheval dans la figure. En 1938, à 18 ans, il s'engage dans la guerre en tant que hussard à cheval. Il est blessé d'une rafale de mitraillette et reçoit une citation. Il sera réformé le 10 septembre 1940. Il rencontre Nicole Capbern-Gasqueton qui deviendra sa femme, le 8 avril 1942. De cette union, naîtront Chantal, Stéphane et Sophie qui donneront naissance à Guillaume, Charles-Alexandre, Tristan et Geoffroy.

Les chevaux et le vin

Ses passions étaient les chevaux, la pêche, la chasse et le vin. Chantal raconte son meilleur souvenir. « Il me réveillait à 4 heures du matin pour aller pêcher à l'étang de Cazeaux. Nous faisions des pêches miraculeuses. Une fois nous avons attrapé deux brochets de 19 et 21 livres. J'ai un très grand respect des choses un peu folles qu'il nous faisait faire. » Il fut courtier assermenté et administrateur du château Brillette à Moulis. Avec Emmanuel Blanc, André Balaresque, Lawton, Ripert, dans les années 1960, il fut l'un des grands courtiers en vins de Bordeaux.

Son amabilité, son sens raffiné des convenances, son savoir-vivre, sa grande connaissance des grands crus girondins firent de Bernard de Grangeneuve, un parfait ambassadeur, estimé, écouté et apprécié pour sa valeur par toute la profession.

Loisirs en famille

Très attaché à sa famille et ses enfants, il ne manquait jamais de les faire participer à ses loisirs. Brillant conteur, il savait parfaitement capter l'attention d'un auditoire par des propos toujours attrayants et des anecdotes captivantes.

Issu d'une grande famille, il a su perpétuer ces traditions attachantes qui font le charme de la vie en société : une vision élevée sur les événements et les gens, une vigilance apportée à ceux de son entourage, une grande distinction dans les propos et les gestes. Toujours prêt à venir en aide à la moindre alerte.

Parmi ses nombreuses activités, il fut chargé par le Général de Gaulle de la jeunesse au sein du RPR. Il était à l'origine de la création de la Marina de Talaris à Lacanau, membre actif de la Vie au grand air du Médoc, président fondateur du Club hippique de Marina de Talaris à Lacanau, cofondateur du Lyon's Club du Médoc et membre de la commanderie du Bontemps du Médoc et des Graves.

« Tous les coups du sort n'ont pu avoir raison de son dynamisme et de sa générosité. Homme doué et polyvalent, il savait aussi bien s'occuper de viticulture en Médoc que monter un grand projet tel que la création de la Marina de Talaris à Lacanau.

Déterminé et endurant, il était soutenu par ses convictions, son imagination, ses intuitions mais aussi par une foi profonde. Bernard Lafargue de Grangeneuve, cet homme difficile à contenir parfois, a toujours souhaité guider son action dans ce qu'il pensait être l'intérêt général », conclut sa fille Sophie.

Auteur : France Blanc

Publié dans Le Médoc

Commenter cet article