NAUJAC-SUR-MER. Les éoliennes sur la commune avant 2012

Publié le par robert


RetourAgrandir la policeDiminuer la policeLire les commentairesEcrire un commentaire
Naujac veut devenir « exemplaire » sur le plan de la politique environnementale. (PHOTO DR.)
Naujac veut devenir « exemplaire » sur le plan de la politique environnementale. (PHOTO DR.)

Pour le maire, Jean-Bernard Dufourd, et son équipe municipale, il paraît indubitable que, ainsi d'ailleurs qu'énoncé lors de leur campagne électorale, la grande priorité du mandat, c'est de faire de Naujac une commune « exemplaire » sur le plan de la politique environnementale. Et en particulier de répondre du mieux possible à la demande actuelle en termes d'énergies renouvelables, c'est-à-dire d'énergies issues de phénomènes naturels réguliers ou constants, provoqués principalement par le soleil, et dont la mise en oeuvre n'entraîne donc en aucune façon l'extinction de la ressource initiale, contrairement aux énergies fossiles.

Un objectif qui, à Naujac, devrait se décliner selon les trois axes de l'éolien, du photovoltaïque et de la biomasse.

Un parc éolien

Le projet d'implantation d'un parc éolien sur la commune est le plus avancé. Il date en réalité de 2006, initié par le maire de l'ancienne municipalité, Bernard Amouroux, et marqué par un début de concrétisation avec l'implantation d'un mât de mesures dès 2007. Projet poursuivi donc par la nouvelle municipalité, en partenariat avec la société Valorem, et présenté par le détail à la population naujacaise lors d'une première réunion publique en juin 2008.

Depuis cette date, parallèlement au déroulement des démarches administratives (étude de faisabilité, étude d'impact sur l'environnement...), la concertation s'est installée avec la mise en place d'un atelier technique de concertation où sont représentés tous les acteurs de terrain concernés. Animée par Franck Laporte, maire de Talais en charge du Scot au sein de la CdC Pointe du Médoc, et avec la participation de spécialistes des questions évoquées, cette instance vient de se réunir pour la quatrième fois. Et il semble bien, aux dires de Jean-Bernard Dufourd, que les distances se réduisent entre les porteurs du projet et les opposants, les premiers ayant d'ailleurs fait quelques concessions puisque le parc éolien ne comprendrait plus que huit machines au lieu de 10 et serait déplacé derrière le second cordon dunaire, soit encore plus en retrait par rapport aux habitations.

Fort de cette avancée, et visiblement très attaché à la réalisation d'un projet qu'il qualifie de « vitrine sur l'éolien en Aquitaine et de chance pour Naujac », le maire prévoit l'organisation prochaine d'une nouvelle réunion publique avant que ne s'enclenchent les autres phases de l'étude (création d'une zone de développement de l'éolien et autorisation préfectorale), l'enquête publique et le dépôt de la demande du permis de construire.

Et « si tout va bien, la mise en exploitation du parc pourrait se faire courant 2012 », conclut le maire.

Photovoltaïque

Conclusion toute provisoire d'ailleurs, puisque Jean-Bernard Dufourd a aussi récemment fait adopter en conseil municipal une résolution visant à autoriser l'installation, toujours par la société Valorem, d'une centrale photovoltaïque à l'horizon 2011.

Cent hectares de panneaux producteurs d'électricité et 20 pour les aménagements annexes dans le quartier du lieu dit Vignolles. Et toujours le souci maximum du respect de l'environnement avec notamment l'engagement de reboiser une superficie équivalente à celle du parc photovoltaïque et de ménager, au sein de celle-ci, refuges et passages pour la faune sauvage.

Un projet à forte connotation économique également, puisqu'il s'assortirait d'une rente annuelle de 210 000 euros pour la commune. Et là encore, les Naujacais seront largement informés et consultés à l'occasion de réunions publiques.

Biomasse

Pour être complet, on peut révéler que le maire pense aussi très sérieusement à un projet biomasse basé sur la récupération de matières organiques (sous-produits du bois, produits de l'agriculture traditionnelle, déchets organiques...) pouvant devenir des sources d'énergie (bois énergie, biogaz, biocarburants...) et être génératrices d'emplois.

Comme le résume bien Jean-Bernard Dufourd, le triptyque des énergies renouvelables envisagé comprendrait donc alors l'éolien pour l'image de la commune, le photovoltaïque pour l'apport financier et la biomasse pour les emplois créés.

Auteur : Robert Boivinet

Publié dans l'environnement

Commenter cet article

chavignou 24/07/2009 22:03

une "commune exemplaire sur le plan de la politique environnementale" ce n'est certainement pas sacrifier la forêt au profit d'éoliennes qui ne produiront pas grand chose, si ce n'est des dégâts sur l'environnement