LACANAU. En direct avec les gendarmes

Publié le par robert


L'adjudant-chef Rautureau, le lieutenant Bédènes et Daniel Poumey ont rencontré les Canaulais afin d'échanger sur les nuisances sonores subies en période estivale. (PHOTO V. B.)
L'adjudant-chef Rautureau, le lieutenant Bédènes et Daniel Poumey ont rencontré les Canaulais afin d'échanger sur les nuisances sonores subies en période estivale. (PHOTO V. B.)

C'est dans la continuité de la réunion sur les nuisances estivales qui s'était déroulée en mairie, le 4 mai (lire notre édition du 8 mai), que Daniel Poumey, représentant du conseil de quartier 3 - Lacanau-Océan Nord -, a invité les habitants de son quartier pour une réunion d'échanges avec les responsables de la gendarmerie canaulaise.

Une rencontre pour permettre un échange « en direct », entre les forces de l'ordre et les riverains qui subissent des nuisances en période estivale, et cela depuis bon nombre d'années.

Améliorer la situation

Pour Daniel Poumey, il était important de connaître la façon dont chacun « vit cette situation » : les riverains, les tenants des établissements de nuit, les gérants des campings concernés ainsi que la gendarmerie.

En introduction, Daniel Poumey a répété que les habitants du quartier 3 ne cherchaient pas de miracles mais une nette amélioration de la situation. Puis, le lieutenant Yves Bédènes a précisé que la brigade de Lacanau-Carcans, qu'il commande, bénéficiera d'un effectif d'une centaine de gendarmes au plus fort de la saison, dont la moitié sera déployée à l'océan. Et que leur principal objectif serait de faire baisser les nuisances.

Il a également précisé qu'il comptait beaucoup sur les riverains pour signaler et localiser les faits et porter plainte. Dans le cas où les faits ne seraient pas assez graves pour porter plainte, il a été décidé, avec le concours de Daniel Poumon, de réaliser une main-courante permettant de tout recenser.

Raccompagner les jeunes

L'adjudant-chef Patrick Rautureau, responsable du commandement de la brigade canaulaise, a ajouté que, malgré l'effectif renforcé, les gendarmes ne pouvaient pas être partout et qu'à la fermeture des établissements de nuit, à 4 heures du matin, ils étaient confrontés à une foule de plusieurs centaines de gens.

Il a également informé que l'amende pour l'interdiction de consommer de l'alcool dans la rue n'était que de 11 euros et qu'un « raccompagnement de sûreté » des jeunes vers les campings était souvent beaucoup plus efficace. C'est d'ailleurs ce dernier dispositif qui sera mis en place cet été. Parole a aussi été donnée aux tenants des campings et des établissements de nuit présents, qui ont présenté les efforts, faits de leur côté, pour diminuer les nuisances comme la mise en place de règlements d'intérieur ou encore de services d'ordre.

Pendant une heure et demi, chacun a ainsi pu expliquer sa situation, son point de vue et ses doléances. Une réunion qui a permis à tous de s'expliquer « en direct » et d'avoir une meilleure compréhension du problème et des moyens pour lutter.

Auteur : Véronique Boscher

Publié dans La sécurité

Commenter cet article