Du rififi au pays du surf

Publié le par robert


LACANAU. Sur le chemin de la plage Nord, l'implantation d'une école de surf dans la dune, provoque polémique. Le concurrent dénonce la complaisance autour de l'installation

Selon l'école de Surf Big Mama, l'ambiance n'est pas toujours bonne sur ce chemin. (photo j. l.)
Selon l'école de Surf Big Mama, l'ambiance n'est pas toujours bonne sur ce chemin. (photo j. l.)

«Attendez-vous qu'un village se mette en place dans la dune pour agir... » Le 30 juin, Christophe Lasky, propriétaire de l'école de Surf Big Mama à Lacanau, a fait parvenir un courrier au maire, Jean-Michel David.

Dans la ligne de mire du surfeur, son concurrent direct, l'école de Surf Bo and Co, dont une partie des installations est venue s'implanter sur le chemin emprunté par Big Mama. Celui qui rejoint la plage Nord, dans une zone dunaire classée « NA » sur le document d'urbanisme de la mairie (1).

Guerre commerciale

Selon Christophe Lasky, « les deux préfabriqués de Bo and Co sont sur un secteur où aucune construction ou utilisation du sol n'est autorisée ». Il évoque « une concurrence déloyale », et un préjudice de « 20 000 euros à la fin de la saison 2008 ».

Bernard Lacau, le patron de Bo and Co, s'inscrit en faux ! Sur les lieux, installé à côté d'une cabane à frites qui est là depuis des années, il s'étonne qu'une autorisation donnée, « tout d'un coup », puisse être remise en cause. Il dénonce aussi l'acharnement de son concurrent.

En clair, à Lacanau, depuis la saison dernière, une « petite » guerre commerciale entre les deux structures se déroule. Elle s'envenime sur le chemin de la plage. Pas vraiment l'esprit surf, tant revendiqué par le métier...

Sur le terrain d'un privé

Jean-Michel David, le maire de Lacanau, assure qu'« il n'a pas de problème avec les écoles de surf ». Pour lui, la faute revient au propriétaire du terrain, M. Dorkel, qui possède un gros camping à proximité. L'édile enchaîne : « Il s'en moque ! J'ai fait intervenir ma police municipale. Des procès verbaux ont été dressés. On a transmis au parquet. Au niveau de mon pouvoir de police, j'ai fait le maximum. Aujourd'hui, je me demande à quoi servent les lois, si elles ne permettent pas de faire le nécessaire... »

Pas au courant

Surpris, le propriétaire du terrain, affirme ne pas être au courant, cette année, de la mise en place de l'école de surf. Cet hiver, après une procédure de conciliation, il ajoute que décision a été prise par sa société de ne pas renouveler l'emplacement au commerce de bouche. Lequel a été prévenu. Cependant, les années passées, le commerce aurait bien été autorisé par la mairie. Questionné sur le sujet de la plage Nord, Olivier Delcayrou, le sous-préfet du Médoc, estime que la meilleure solution dans cette affaire pourrait être la négociation. Une méthode bien plus rapide que long périple de la procédure de justice...

(1) Le règlement de la zone NA stipule qu'« aucune construction n'est autorisée » ou « utilisation du sol ».

Auteur : julien lestage
j.lestage@sudouest.com

Publié dans La gliss - le surf

Commenter cet article

COCOLERE 17/07/2009 23:46

C'est franchement dégueulasse ce truc ! Comment la municipalité peut elle tolérer une horreur pareil dans un site protégé ?