Un secret bien gardé

Publié le par robert

LA PLAGE 4. Loin de la cohue, la plage de l'Alexandre est un petit paradis caché au nord de Lacanau
L'Alexandre, une plage indiquée par aucun panneau. (photo T. S.)
L'Alexandre, une plage indiquée par aucun panneau. (photo T. S.)

«Je ne préfère rien vous dire pour éviter qu'elle soit connue. » Cette élégante quadragénaire a trouvé la plage de l'Alexandre « par hasard » il y a un quart de siècle. Depuis, elle pose souvent sa serviette à plusieurs centaines de mètres de l'entrée du sentier. Et s'allonge.

Son silence et ses yeux qui scrutent l'océan en disent long sur l'instant qu'elle savoure. « Nous, c'est notre chien qui nous a amenés ici ! On cherchait une plage où les chiens étaient admis. » Un autre couple : « On a tapé sur Internet : « plage familiale + tranquille + Lacanau » et on est arrivé ici. »

Pour Mathieu, Lucie et Delphine, l'Alexandre c'est aussi un pur produit du hasard. Ils s'étaient donné rendez-vous entre Langon et Le Verdon : Lacanau a fait l'unanimité. « On voulait fuir la plage nord, il y avait des voitures et on s'est arrêtés. »

Baignade sans slip

L'Alexandre, c'est un secret bien gardé. Les hôtesses de l'office du tourisme de Lacanau ne la connaissent pas ou ne la conseillent pas. Il n'y a aucun panneau qui l'indique, mis à part les minuscules écriteaux de la piste cyclable. Une fois la voiture garée, il faut marcher à travers pins. Longtemps.

Sur le chemin, on croise la maison forestière en friche de l'Alexandre - Alexandre n'étant pas le nom du garde forestier, mais celui d'un bateau qui se serait échoué sur cette plage. Il faut emprunter un sentier sableux moins large qu'une poussette. Et l'on hume l'odeur des vagues, qui n'ont rien à envier aux rouleaux de la centrale.

Nicolas, un habitué de l'Alexandre, conclut : « Cette plage, elle se mérite ! » C'est son grand-père Canaulais qui la connaissait. Il en a eu marre des sifflets des sauveteurs de la plage centrale. Il ajoute : « Ici, il n'y a pas de Mitch Buchannon. ça demande plus d'attention pour les enfants. » Comprendre : baignade non surveillée par des slips rouges bodybuildés. Il peut même s'adonner au naturisme, sans qu'on lui dise de se rhabiller.

Pour les habitués, la plage n'a pas changé. Au contraire : « Les parkings qui s'enfonçaient plus dans la forêt ont été réduits. Liberté et tranquillité, c'est le prix de l'Alexandre. L'hiver ? « On est trois à se battre avec le sable ! », plaisante Daniel, un fidèle. L'été, ce havre de paix voit son nombre de privilégiés multiplié par dix. Encore beaucoup trop pour Didier, 40 ans d'Alexandre : « Plus ça va, plus c'est bondé. » Promis, on ne donnera pas l'adresse.

Auteur : thomas segui

Publié dans L'océan

Pour être informé des derniers articles, inscrivez vous :

Commenter cet article