HOURTIN. À la découverte de la Lagune de Contaut

Publié le par robert

Il n'y a pas d'âge pour découvrir la Lagune de Contaut. (PHOTO R. B.)
Il n'y a pas d'âge pour découvrir la Lagune de Contaut. (PHOTO R. B.)

Afin de faire découvrir aux touristes, comme aux autochtones, les trésors naturels de la région, le Conseil général de la Gironde a mis en place depuis quelques années, pendant la période estivale, des visites guidées, gratuites et encadrées par des guides naturalistes saisonniers. Et parmi les sites les plus remarquables, les Espaces Naturels Sensibles de la Lagune de Contaut et de la Rive Orientale du Lac y tiennent indiscutablement une place de choix ! Avec pour guides cette année, Aurore Azconaga, Marion Lemarchand et Thomas Ruys, tous diplômés d'études environnementales et experts en gestion des espaces naturels, et visiblement ravis de la mission qui leur a été confiée.

Un écrin bien caché

Située au nord du lac d'Hourtin, abritée de l'océan par les dunes, la Lagune de Contaut est d'un accès aisé puisqu'à proximité immédiate de la route menant à Hourtin-plage. Mais curieusement d'ailleurs, et malgré de nombreux panneaux indicateurs, cette situation lui vaut d'être trop souvent ignorée des estivants.

Et pourtant que de sujets d'étonnement et même d'émerveillement réunis en un espace si réduit ! Plan d'eau bordé d'une forêt humide et tourbeuse, la Lagune de Contaut dévoile, tout au long des 600 mètres de la passerelle de bois qui la cerne, sa flore et sa faune si particulières. Une heure et demie plus tard, durée de la promenade, et par la grâce des précieuses explications d'Aurore, le visiteur n'ignore plus rien par exemple de l'Osmonde Royale, cette fougère géante reine des lieux et qui peut atteindre 3 mètres de hauteur. Ils auront aussi appris que la hauteur de son pied, le « touradon », sorte de monticule sur lequel les tiges des fougères se fixent par groupes, permet de déterminer l'âge de l'Osmonde. À raison d'une croissance de 3 millimètres par an, les touradons de plus de 30 centimètres de haut, pas rares, portent donc des fougères centenaires.

Richesses végétales

Mais l'Osmonde n'est pas la seule espèce végétale caractéristique. Bouleau, chêne-vert, pin maritime, bruyère cendrée, fougère aigle, houx, chêne pédonculé, saule cendré, phragmite, bourdaine, carex... les variétés sont nombreuses. Et au milieu, le marais constitue quant à lui une réserve biologique pour une multitude d'espèces animales : chevreuils, écureuils, hérons cendrés, lézards des murailles, libellules, couleuvres à collier et encore la fameuse cistude d'Europe, tortue locale menacée par « l'introduction incontrôlée » d'espèces importées.

Les visites gratuites, d'une durée de 1 heure et demie à 2 heures selon le site, ont lieu uniquement le matin par groupes de 15 personnes maximums, avec départ à 10 heures. Les inscriptions et les réservations se font auprès de l'office de tourisme (tél. 05 56 09 19 00).

Auteur : Robert Boivinet

Publié dans l'environnement

Commenter cet article