Un restaurant verbalisé pour travail illégal

Publié le par robert

LACANAU. Les services de l'État ont inspecté plusieurs établissements

Hier soir, une trentaine d'agents de l'État ont contrôlé des restaurants, glaciers, bars de nuit et discothèques à Lacanau. Après six restaurants contrôlés, un seul a été verbalisé pour travail dissimulé. « Deux des salariés avaient une période d'essai non déclarée », constate le lieutenant Moreau, en charge de l'opération pour la gendarmerie. Cette action était menée conjointement par les gendarmes, les services vétérinaires, les inspecteurs du travail, la Direction générale de la concurrence, de la consommation et de la répression des fraudes (DGCCRF) et la brigade de contrôle et de recherches. Des contrôles effectués toutes les semaines sous la houlette du Comité opérationnel de lutte contre le travail illégal (Colti de Gironde).

Des bilans respectables

« Le travail dissimulé, c'est l'infraction la plus constatée lors des opérations, mais c'est aussi la plus simple à constater », explique le capitaine Dixneuf, de l'Office central de lutte contre le travail illégal. « À chaque sortie, il y a des personnes non déclarées », ajoute le lieutenant Moreau.

Les autres restaurants présentaient des bilans respectables, avec parfois de simples recommandations en guise de sanction. Comme pour ce patron d'une pizzeria du front de mer qui n'a pas pu fournir les plannings détaillés des trois employés, tous de la même famille. « On reste assez tolérants dans ces cas d'entraide familiale, assez spécifiques », confie un gendarme.

Déclaration de salaire des employés, plannings, hygiène des cuisines, de la nourriture, des locaux, marchandises, etc. Chaque établissement est minutieusement passé en revue. « Mais on ne peut pas tout voir. Alors, quand on voit quelque chose de louche, on constate et on creuse », confie une inspectrice de l'Urssaf.

Le mois d'août très contrôlé

Certains restaurateurs déplorent le manque d'organisation de ces opérations. Un restaurant d'une dizaine de salariés subissait son deuxième contrôle en plein service du soir, en deux semaines. La semaine dernière, c'était seulement l'inspection du travail, et hier il a vu « l'armada » passer son restaurant au peigne fin.

L'été, la cadence des contrôles augmente considérablement. Les opérations conjointes organisées par le Colti s'effectuent une fois par semaine sur la côte atlantique girondine. Mais les services rajoutent des contrôles ponctuels la semaine, ce qui diminue les chances de passer entre les mailles des services de l'État.

« En juillet, nous avons effectué une dizaine d'opérations sur la côte atlantique, et avons ordonné la fermeture d'un établissement, à cause de l'hygiène », précise Gilbert Humblot, contrôleur général à la DGCCRF. Et le mois d'août devrait se poursuivre à la même cadence.

Auteur : T. S.

Publié dans La sécurité

Pour être informé des derniers articles, inscrivez vous :

Commenter cet article