Les juniors sur la vague

Publié le par robert

LACANAU PRO. L'épreuve junior débute aujourd'hui avec de gros enjeux pour les compétiteurs

La Française Pauline Ado fait figure de favorite pour l'épreuve féminine. (photo afp)
La Française Pauline Ado fait figure de favorite pour l'épreuve féminine. (photo afp)

Voilà l'apéritif. Aujourd'hui ce sont les juniors qui vont ouvrir la grand-messe du surf qui va s'étaler jusqu'au 23 août sur les spots de Lacanau.

En marge du 30e Soörutz Lacanau pro qui rassemblera les stars mondiales de la planche à repasser flottante à partir du 17 août, l'Oakley pro junior devrait réunir 147 jeunes pousses âgées de moins de 21 ans dont 112 garçons et seulement 35 filles.

Et déjà du beau linge : les deux champions du monde, l'Hawaïen Kay Barger et la Française Pauline Ado vont faire figure de favoris de l'épreuve.

À surveiller également, le jeune Français Charly Terneau, tout juste âgé de 12 ans.

Comme des grands

Il faut dire que la compétition ne sera pas sans enjeu pour ces jeunes surfeurs dont certains sont déjà affublés d'une armada de sponsors leur permettant d'ores et déjà de prétendre au statut de pros.

D'abord, le vainqueur de la finale qui se déroulera dimanche, disposera d'une « wild card » (une invitation) pour accéder directement au deuxième tour du Lacanau pro, avec les grands et, pourquoi pas accéder aux phases finales.

Dans le jargon du surf, on appelle ça le « main Event » (si vous ne parlez pas anglais, il va falloir vous y mettre !).

Un prix de 10 000 dollars

Mais l'épreuve se place aussi dans le cadre du circuit des épreuves qualificatives pour le championnat du monde junior qui a lieu tous les ans à Narrabeen en Australie. En outre, le vainqueur de l'épreuve se verra attribuer un « Prize Money » (dotation pécuniaire). Pour les hommes, comptez la bagatelle de 10 000 dollars remis dimanche lors des finales. Et, cerise sur le gâteau, la compétition junior fait également partie d'un tour parallèle, le Oakley Pro Junior Global Challenge.

Ce circuit se compose de six étapes sur les plus beaux spots mondiaux (Australie, Afrique du Sud, Californie, Brésil, Japon et Lacanau). À l'issue de l'épreuve canaulaise, les deux premiers surfeurs de chaque continent se verront remettre un « Ticket to Ride » (euh, passeport pour chevaucher la vague ?) pour la grande finale qui se tiendra à Bali au mois d'octobre.

Et pour les non-pratiquants en surf comme en anglais, le Lacanau pro sera l'occasion de voir in situ les têtes d'affiche de demain.

Lire également page 24

Auteur : yann saint-sernin

Publié dans La gliss - le surf

Pour être informé des derniers articles, inscrivez vous :

Commenter cet article