Le projet d'éoliennes fait toujours débat

Publié le par robert

NAUJAC. Une association réclame un vote
Certains habitants craignent une dégradation du paysage à cause des éoliennes. (Photo archives « SO »)
Certains habitants craignent une dégradation du paysage à cause des éoliennes. (Photo archives « SO »)

Yann Saint-Sernin

Avis de petite brise sur l'éolien à Naujac. L'association « Naujac c'est vous », du nom de la liste malheureuse aux dernières municipales, a fait connaître son opposition au projet d'implantation d'un parc éolien sur la commune. « Nous sommes résolus à aller jusqu'au bout pour demander l'abandon du projet », déclare Dominique Geffré, le nouveau président de l'association qui espère réunir une cinquantaine d'adhésions dans les prochaines semaines.

Le président pointe notamment « des nuisances sonores », « des risques pour la santé du fait des basses fréquences », « un risque pour la faune », et « une chute du cours de l'immobilier ». Il y a quelques mois, le projet avait déjà suscité la méfiance d'une partie des élus CPNT, qui craignaient notamment pour les oiseaux migrateurs. Vincent Vignon, chargé du projet pour le compte de la société Valorem, indique pourtant que « la loi interdit d'augmenter le bruit de plus de trois décibels. De plus, toutes les études menées par les organismes indépendants relèvent un risque très faible pour les oiseaux, vu que la zone pressentie se trouve très à l'écart des axes de passage ».

Selon Jean-Bernard Dufourd, le maire de la commune, « même les associations de chasse ont admis un impact modéré sur la faune ». Désormais, l'association réclame un débat public sur l'implantation d'éoliennes. « Plusieurs réunions de concertation avec différents acteurs locaux ont déjà été organisées et ont permis d'ajuster le projet », répond le maire.

Huit éoliennes

Selon la mairie, le projet prévu sur les dunes de Saint-Isidore serait arrêté à huit éoliennes réparties sur deux sites, derrière une crête. « L'impact sur le paysage devrait donc être limité, mais c'est cet argument des opposants qui me paraît le plus recevable », ajoute Jean-Bernard Dufourd.

Pas suffisant pour l'association, qui voudrait voir la question portée devant les urnes. Fin de non-recevoir à la mairie : « La loi prévoit une enquête publique au cours de laquelle les habitants pourront s'exprimer. On connaîtra alors la position de la population. Le préfet tranchera en dernier recours ». Et l'édile de crier à la récupération politique du projet : « On cherche à se créer une identité en utilisant des arguments pris sur Internet, tandis que nous, nous menons des études depuis plusieurs mois ».

Dominique Geffé insiste : « Notre revendication est apolitique ». Reste qu'un des membre historique de l'association « Naujac pour tous » n'est autre que Bernard Amouroux, ex-maire de la commune et lui-même initiateur du projet lorsqu'il avait lancé la première étude en étant aux affaires !

Publié dans l'environnement

Commenter cet article

brice 12/09/2009 22:55

Dans Sud Ouest aujourd'hui, le Pt de la chasse et maire de Carcans Mr Sabarot, réagit aux propos du maire de Naujac : "la Fédération des chasseurs de la Gironde reste une opposante inconditonnelle" au développement de ce type de projet dans la presqu'ile. Au sujet de "l'impact modéré sur la faune"(ndrl dixit le maire de Naujac) "le patron des chasseurs relève que "de telles conclusions s'appuient sur des études circonstancielles, telle celle de la LPO qui conclut pour les besoins de la cause qu'il y a peu de migration sur la zone !" Le chasseur de rajouter :"Il suffit de lever la tête en automne ou en hiver pour avoir la preuve du contraire, de la pointe de Grave au Cap Ferret en passant par Naujac..." Bravo Ritou !

scratipul 08/09/2009 12:23

Pourquoi massacrer une forêt protégée dans une région classée peu ventée ? Lobby quand tu nous tient !