Le difficile dossier du logement saisonnier

Publié le par robert

LACANAU. À l'initiative d'un restaurateur, un projet de résidence des saisonniers devrait voir le jour. Sur la presqu'île, les logements manquent cruellement
Emmanuel Giese (à gauche), porteur d'un projet de résidence des saisonniers. (photo j. L.)
Emmanuel Giese (à gauche), porteur d'un projet de résidence des saisonniers. (photo j. L.)

Ils dorment dans les voitures, sur la plage. D'autres négocient un bout de jardin chez un particulier pour poser une tente, une caravane. Il y a aussi le camping... Sinon, c'est le « campement » dans des appartements loués à des tarifs prohibitifs. Bref, trouver un logement saisonnier décent et à un prix raisonnable reste une vraie galère. La saison qui se termine foisonne de témoignages. Comme ce serveur qui a passé l'été dans sa 205 Peugeot. Préférant rester anonyme, l'étudiant explique qu'il n'avait pas le choix. « C'était plus de la moitié de mon salaire pour avoir une chambre. J'ai besoin de mes économies l'hiver. »

Les regrets du président

D'un bout à l'autre de la frange de côte médocaine, où se concentre l'essentiel des travailleurs saisonniers, c'est le plus souvent la débrouille. Daniel Darsonville, le président de l'Association des commerçants de Lacanau, reconnaît le problème. Ex-propriétaire d'un salon de coiffure qu'il tenait sur les allées Ortal, il avoue même avoir eu honte lorsqu'il était en activité. « Au moment de l'embauche, je savais que le sujet allait être abordé. Mais ce que je pouvais proposer était fonction des moyens de l'entreprise. Au final, on ne pouvait fidéliser la main-d'oeuvre de qualité. On ne retient pas un bon pro, s'il n'y a pas un logement où les gens peuvent vraiment récupérer. »

Cet hiver, après un échange avec la mairie de Lacanau, le président des commerçants qui était prêt à s'investir dans la recherche d'une solution collective, n'a pas senti le soutien du politique. Il confie son regret. « Depuis vingt-cinq ans, rien n'a évolué sur ce dossier. » Bernard Valette, adjoint au maire et membre de la commission Urbanisme et développement durable, précise le rôle que peut avoir une municipalité dans ce genre de problématique. « On est là pour encourager les initiatives et accompagner les projets, mais certai- nement pas pour investir ! »

Une initiative privée

Emmanuel Giese, propriétaire de deux restaurants à Lacanau-océan, espérait aussi trouver une solution à grande échelle. À Lacanau, Danier Darsonville estime la population des travailleurs saisonniers à environ 500 personnes.

Après un contact avec la mairie qui l'orientait sur des terrains à la ville et pas à l'océan, le restaurateur a finalement décidé de se recentrer sur un projet moins ambitieux.

À l'océan, sur un terrain acheté par sa société, il projette la construction d'une petite résidence des saisonniers. Trente appartements sont prévus. Vu les démarches admistratives, elle pourrait être livrée pour l'été 2011. Coût de l'opération, environ 800 000 euros. Il analyse : « On ne peut pas demander a du personnel de s'investir, si en retour on ne propose pas des conditions de travail décentes ». Le chef d'entreprise a décidé d'assumer et de s'engager.

Auteur : julien lestage
j.lestage@sudouest.com

Publié dans économie

Commenter cet article

gdv 21/01/2011 13:11



En attendant plus de logements, voici déjà de quoi satisfaire quelques saisonniers ou ouvriers en chantier


http://travailleurs-lacanauocean.blogspot.com/



Jonathan 05/12/2009 10:38


Il était temps qu'une personne s'occupe enfin de ceux qui font vivre Lacanau l'été, les saisonniers...
J'ai été pendant de longues années saisonnier aussi, moi j'avais la chance de vivre ici mais je voyais mes collègues qui étaient logés dans des logements limite insalubres et qui devaient payer une
bonne partie de leur paye pour ses "logements"... Hormis le camping du Huga il n'y avait rien et les patrons s'en foutaient royalement.
Donc chapeau à Manu d'avoir pris une telle initiative qui aurait dû exister depuis déjà longtemps dans une ville telle que la notre...


Cocolère 11/09/2009 10:39

D'accord avec le maire : c'est aux employeurs à assumer le logement de leurs employés saisonniers. Donc bravo à ce restaurateur responsable

robert 12/09/2009 09:33


Simplement dans d'autres communes du littoral comme sur le bassin d'Arcachon, Souillac, les mairies se sont associé à ces initiatives faites par des employeurs, des associations d'employeurs ou de
commerçants, des syndicats, des collectivités publiques.  Il y a un véritable problème et la mairie peut être moteur de ces projets... Ne comptons pas trop que sur la "seule" initiative d'un
employeur soucieux d'avir des saisonniers performants ... Cet employeur vous avez raison , il a le mèrite d'être moteur sur cette action mais hélas les autres........