« L'urgence, c'est de reloger les chevaux »

Publié le par robert

LACANAU. Sous le coup d'un avis d'expulsion, le président du Club Hippique de Talaris lance un appel
J.-M. Jésupret: «Trois mois, ce ne sera pas suffisant pour trouver une solution». (PHOTO Fabien Paillot)
J.-M. Jésupret: «Trois mois, ce ne sera pas suffisant pour trouver une solution». (PHOTO Fabien Paillot)

C'est le conseiller municipal d'opposition Jean-Michel Jésupret qui va s'y coller. Vendredi 18 décembre, le Club Hippique de Lacanau a élu son nouveau président en assemblée générale ordinaire.

Autant dire que quelques jours après le jugement de la cour d'appel de Bordeaux signifiant un avis d'expulsion définitif pour le club (voir « Sud Ouest » du 12 décembre 2009), l'expression « président chrysanthème » pourrait prendre tout son sens pour l'élu. Car le jugement qui est tombé comme un couperet sur les 80 adhérents de l'association basée à Talaris pourrait signifier la mort du club.

« Je savais à quoi m'attendre. Il est clair que la situation est très difficile pour nous. Je me refuse à voir mourir le club, mais pour l'instant, nous n'excluons rien », déclare le nouveau président.

Longue bataille juridique

Pour l'instant, le jugement tombé en appel - le club avait obtenu un jugement favorable en première instance - semble clôturer une longue bataille juridique avec la société Equinature, propriétaire du terrain, et qui aurait un projet immobilier sur cet espace. Les recours semblent en effet peu nombreux.

« Ce n'est pas notre priorité d'aller en cassation. De toute façon, il faudrait prouver un vice de forme pour cela », ajoute Jean-Michel Jésupret.

« L'urgence, c'est les chevaux. Le tribunal nous donne trois mois pour quitter les lieux. Où va-t-on les mettre ? » Le « relogement » d'une trentaine d'équidés pourrait en effet être l'argument principal sur lequel le nouveau président pourrait s'appuyer pour demander un délai supplémentaire au juge des exécutions. Celui-ci devrait être saisi prochainement.

« Une perte pour la ville »

« Nous sommes en plein hiver. Ce sont des chevaux qui sont habitués à être à l'intérieur, nous ne pouvons pas les laisser dans un pré. Trois mois, ce ne sera pas suffisant pour trouver une solution », poursuit Jean-Michel Jésuprêt. Selon le conseiller municipal, un délai maximum légal de vingt-quatre mois pourrait être demandé.

Quant à l'avenir du club, difficile d'y voir clair pour l'instant. Selon le président, aucune solution de repli ne serait sur la table. « Nous allons négocier avec tous ceux qui ont intérêt à ce que le club reste sur la commune », déclare-t-il. Reste à savoir avec qui.

« Pour l'instant, nous n'avons que des contacts entre avocats, avec Equinature, mais je ne veux fermer aucune porte. L'arrêt du club serait une perte économique et sociale pour la ville, nous lançons un appel à tout le monde », déclare le président.

Le club devrait prochainement demander un rendez-vous avec le maire de Lacanau « pour le mettre au courant de la situation ».

Auteur : yann saint-sernin

Publié dans Le Lac

Commenter cet article

Florent 14/02/2010 09:38


Zut alors voila qui me laisse sur la croupe, un club ou j'ai travaillé il y a ... des années.
Je suis en congés dans le coin la semaine du 20 au 27 février, je passerais prendre des nouvelles en direct.


robert 18/02/2010 10:46


c'est un scandale


Steph 06/01/2010 23:17


Que le club lance une souscription pour aller en cassation. Je suis certain que beaucoup de canaulais et extérieurs donneront selon leurs moyens, pour sauver ce club hippique qui fait partie
intégrante de la belle Marina d'antan que les promoteurs sont en train de détruire chaque jour un peu plus. Un dénommé Bernard doit se retourner dans sa tombe en voyant la Marina perdre son âme


stella 30/12/2009 15:46


j'ai vu cela hier aux infos régionales..........................c'esrt  écoeurant.....je n e connais pas bien ce site ......les chevaux sont trés bien là...on n e déménage pas un centre
équestre.;comme une caravane.....mais les projets immobiliers  en Aquitaine détruisent...tout.il faut y mettre un frein....