LACANAU. Vive la forêt, un scanner écologique

Publié le par robert


L'association a dressé, dimanche dernier, le bilan des dossiers canaulais. (photo v. b.)
L'association a dressé, dimanche dernier, le bilan des dossiers canaulais. (photo v. b.)

Il n'était pas surprenant de voir bon nombre de dossiers canaulais abordés pendant l'assemblée de Vive la forêt (VLF) dimanche matin. Avant d'entrer dans le vif du sujet, la présidente Dominique Gisson a exprimé son regret que VLF n'a pas pu participer au forum des associations en septembre dernier. Forum qui, pour la municipalité, concernait « les associations sportives et culturelles », ce qui fait conclure à la présidente que « à Lacanau, l'environnement ne fait apparemment pas partie de la culture ».

Chênes verts et Moutchic

Sur le dossier des chênes verts, coupés à Longarisse par un riverain afin d'améliorer sa vue sur le lac, le tribunal de grande instance a donné raison à VLF. Cette dernière aimerait maintenant voir les chênes replantés à l'endroit où ils avaient été abattus.

Au Moutchic, l'association constate que la vente de la villa La Tour des pins, mieux connue sous le nom de Maison du commandant, n'a finalement pas eu lieu et que la propriété continue à se dégrader.

Dominique Gisson a déclaré rester fidèle à sa position sur l'ensemble du site de l'ancien Centre médico-scolaire (CMS), qualifié comme un « espace remarquable soumis à la loi littoral ». À savoir une disposition « à une certaine souplesse mais aucune concession pour quelque réalisation immobilière que ce soit ».

Pas de concessions non plus pour le projet d'extension d'une future résidence de tourisme, présenté comme « écologique » sur l'avenue de la Plage au Moutchic. VLF a adressé un recours gracieux au maire, demandant l'annulation du permis de construire. En effet, l'association ne donnera son assentiment pour aucun projet, « aussi écologique qu'il soit, s'il ne respecte pas les textes en vigueur sur ce site sensible et proche du rivage ».

La Marina de Talaris

Pour ce qui est de la partie sud du lac, Dominique Gisson « ne désespère pas de voir un jour la mise en souterrain de la ligne de moyenne et haute tension afin de préserver le paysage et la forêt ». Elle a aussi annoncé que la Maison du canal, « vrai spectacle de désolation », devrait être restaurée par son propriétaire, le Conservatoire du littoral, en 2010.

Pour terminer, la présidente a abordé le projet immobilier à la Marina de Talaris concernant l'un des lots sur lesquels VLF avait obtenu l'annulation des permis de construire, loi littoral oblige. « L'annulation des anciens permis est transposable sur les nouveaux », a-t-elle conclu, en ajoutant que l'association était bien décidée de poursuivre s'il le fallait.

Auteur : Véronique Boscher

Publié dans Vive La Forêt

Commenter cet article