Un nouveau siècle pour la villa Plaisance

Publié le par robert

Lacanau, le blog: Comme le dit si bien Julien, cette renaissance de la villa Plaisance ne fut pas un chemin de "bonheur". Pas mal de soi-disant canaulais y compris à la municipalité auraient voulu que ce fut un bel immeuble de village de vacances pour tomber cette ruine (dixit propos entendus en 2001) et casser cet ensemble qui fut à l'origine de la station en 1905. Combien il a fallu à ASPECT, à d'autres associations comme l'APLLO,ou autres VLF pour faire entendre raison.
Maintenant , il est souhaitable qu'une solution acceptable soit trouver pour l'Etoile d'Argent , solution permettant de faire redécouvrir l'immeuble caché derrière ces hideux bardages.

LACANAU.
Après une bataille qui aura duré six années, la villa d'époque menacée par un projet immobilier a finalement été restaurée. Elle abrite la nouvelle mairie annexe
La villa Plaisance doit sa sauvegarde à la mobilisation de nombreux Canaulais et de l'association Aspect. (photos julien lestage)
La villa Plaisance doit sa sauvegarde à la mobilisation de nombreux Canaulais et de l'association Aspect. (photos julien lestage)

Samedi 12 décembre, sans effort de communication, comme si de rien n'était, la villa Plaisance, située en plein coeur de la station balnéaire, a ouvert ses portes au public. Construite par Pierre Durand en 1905-1906, la maison est devenue la nouvelle mairie annexe de Lacanau-Océan. Mais avant que le personnel municipal ne prenne place dans la bâtisse entièrement restaurée, bataille a été livrée pour que cette villa d'époque, qui a vu grandir la station, ne soit pas détruite.

La réunion publique

En quelques lignes, récit d'une mobilisation. Un an après les élections municipales de mars 2001, Jean-Michel David, le nouveau maire de Lacanau, organise sa première réunion publique.

Dans la salle l'Escoure de Lacanau-Océan, il présente le projet Bouygues Immobilier. En lieu et place de la villa Plaisance et de l'hôtel l'Étoile-d'Argent, un patrimoine légué à la municipalité par un ancien conseiller municipal, le promoteur prévoit de raser l'existant pour construire une résidence de tourisme grand luxe.

Dans la salle, le public montre son hostilité. Le maire et l'architecte du projet se font chahuter. C'est la claque.

Les Canaulais mobilisés

À partir de juin 2002, l'association pour la Sauvegarde du patrimoine canaulais (Aspect) ne va pas céder un centimètre de terrain aux élus. Le président Philippe Layan, soutenu par d'autres associations locales, veille sur Plaisance. Les projets vont se succéder sur le site. Les derniers mettent en concurrence l'homme d'affaires Francis Errera à Alban Maurial, le patron de la société de promotion immobilière Alma France.

Au final, après une rude bataille, Alban Maurial obtient le feu vert de la municipalité pour racheter l'hôtel l'Étoile-d'Argent et y développer une résidence. L'établissement jouxte Plaisance. L'argent de cette vente doit permettre à la collectivité de financer les travaux de la villa.

Le principe de sa sauvegarde et de sa rénovation a été finalement validé par les élus.

Dernier rebondissement

Malgré la signature d'un sous-seing, Alma France renonce à l'achat de l'Étoile-d'Argent au mois d'avril dernier.

Avant la signature de l'acte, la mairie avait anticipé sur les travaux de Plaisance. Ils ont commencé en juillet 2008 pour se terminer l'été dernier.

Si l'Hôtel l'Étoile-d'Argent est toujours à vendre, la villa Plai- sance est sauvée. Pour la municipalité reste aujourd'hui à combler un budget « prévisionnel ». La rénovation de Plaisance a coûté 60 0 000 euros.

Auteur : julien lestage
j.lestage@sudouest.com

Publié dans le patrimoine

Commenter cet article