Une vague bleue espérée

Publié le par robert


SURF CIRCUIT WQS, LACANAU PRO. Absents du palmarès depuis 1982, les surfeurs français, en grande forme, ont le potentiel pour remporter la plus ancienne compétition européenne (30 ans) qui commence lundi L'Américain Nathaniel Curran, vainqueur en 2008, vient défendre son titre. (photo Alexandre sioc'Han)
L'Américain Nathaniel Curran, vainqueur en 2008, vient défendre son titre. (photo Alexandre sioc'Han)

Depuis trente ans, au mois d'août, se joue le même ballet, d'inspiration californienne et tendance « culture beach », à Lacanau-Océan. Des surfeurs, corps sculptés, bronzage éblouissant et planche sous le bras, affluent de toute la planète pour défier, à partir de lundi, les vagues girondines, devenues mythiques, qui déferleront sur la plage centrale.

« C'est un passage obligé. Kelly Slater, Rob Machado et tous les grands les ont affrontées à leur début. Elles sont imprévisibles », rappelle Cyril Camu, président du Comité d'organisation du Lacanau pro qui compte une centaine de bénévoles, essentiellement canaulais. « Pour l'instant, elles font 80 à 90 centimètres et se déroulent bien. Les juniors, qui débutent leur qualification, peuvent passer cinq à six mouvements. Les prévisions annoncent une plus grosse houle pour la semaine prochaine. Ça devrait être plus costaud. » Et indécis.

Un plateau relevé

La plus vieille épreuve européenne, dotée de 145 000 dollars de prix, étape du World Qualifying Series (WQS), antichambre du circuit élite, le World Championship Tour (WCT) qui rassemble les meilleurs mondiaux (Top 44), s'est imposée comme une référence absolue. Pour le vainqueur, la compétition, cotée six étoiles, peut rapporter gros : 20 000 dollars et 2 500 points, souvent synonyme de bond au classement WQS et d'un grand pas vers la qualification pour le World Tour (1).

Cet été, 144 participants (contre 192 en 2008), dont près de 40 % d'Européens et plusieurs représentants du WCT, se disputeront la victoire. Un plateau relevé puisque le tenant, le Californien Nathaniel Curran, remettra son titre en jeu et qu'une meute de jeunes loups affamés demeure bien décidée à bousculer la hiérarchie. À commencer par nos chers Frenchies qui veulent inscrire leur nom au palmarès et rejoindre Thierry Fernandez, seul Tricolore à avoir remporté l'épreuve en 1982. Une éternité.

« L'année ou jamais »

Malgré l'absence du numéro un national et tout récent champion du monde ISA, Jérémy Florès, qui se ménage pour d'autres challenges, Cyril Camu y croit dur comme fer. « J'en détacherai deux : Miky Picon, en quête de points, et Joan Duru dont le surf, plutôt agressif, marche toujours bien à Lacanau. Mais je n'oublie pas Tim Boal, Éric Rebière et Marc Lacomare, qui sont capables de tout. »

Il ajoute, persuadé : « La mentalité des Français a changé. Avant, ils avaient peur des Australiens ou des Américains. Depuis quelque temps, ils voyagent et obtiennent de bons résultats. Ils bénéficient aussi de contrats avec des sponsors et souffrent donc moins de la pression. Pour eux, c'est l'année ou jamais. »

Les Bleus devront ferrailler avec de sacrés adversaires, comme l'éternel Sunny Garcia (39 ans) ou leurs deux amis de l'Euroforce (2), le Portugais Tiago Pires, qui occupe la 36e place du World Tour 2009, et le finaliste 2007 du Lacanau pro, l'Espagnol Aritz Aranburu.

Le Brésilien Heitor Alves fera également partie des favoris. Une certitude : il faudra attendre dimanche prochain pour connaître le nom du tube de l'été.

Lire aussi page 11

(1) Un classement est établi à partir des meilleurs résultats (parmi une cinquantaine d'épreuves). Les quinze premiers du circuit WQS rejoignent l'élite du surf mondial au détriment des surfeurs occupant les quinze dernières places du WCT qui, rétrogradés, font le chemin inverse.

(2) Cette saison, sept surfeurs européens, qui participent au World Tour, se sont regroupés : les Français Jérémy Florès (16e), Mickael Picon (40e), Tim Boal (30e) et Michel Bourez (25e), l'Espagnol Aritz Aranburu (32e), le Portugais Tiago Pirès (36e) ainsi que l'Allemand Marlon Lipke (43e).

Auteur : Guillaume cauchois

Publié dans La gliss - le surf

Commenter cet article