CARCANS. La manne du surf

Publié le par robert


Rémy Belloc est une des principales chevilles ouvrières (PHOTO P.V.)
Rémy Belloc est une des principales chevilles ouvrières (PHOTO P.V.)

À l'approche de la saison touristique, les sports de glisse ne semblent pas souffrir de la crise économique. Selon Rémy Belloc, moniteur diplômé d'état second degré, mais aussi responsable de la structure du Carcans Océan Surf Club, « les groupes de jeunes désireux de se rendre dans la station pour découvrir ou pratiquer le surf, sont aussi nombreux que l'an passé ».

Ce constat, Fabrice Alonzo, moniteur diplômé à l'UCPA, semble le partager allégrement à une nuance près, car, précise-t-il « la comparaison est difficile à faire en période de vacances, compte tenu qu'à l'UCPA les groupes qui viennent sont plutôt des scolaires, par contre, en avant et arrière-saison, nos réservations sont identiques ». Il semblerait que dans ce domaine tout se présente pour le mieux.

Des retombées

S'il est difficile de chiffrer les retombées économiques de ces activités, en revanche, ces statistiques ne sont pas anodines quand on sait que les activités du Carcans Océan Surf Club - qui fête, cette année, ses 25 ans - amènent dans la station environ 1 500 personnes l'an. Au regard de ce chiffre, avec l'UCPA, le Sail Wheeling Club, le CVB, le Ski Nautique Club..., on constate, tout de même, que la clientèle des sports nautiques qui fréquente la station est loin d'être négligeable. Parallèlement, ces différents sports sont générateurs d'emplois. Pour seulement, l'UCPA et le Carcans Océan Surf Club, ces deux structures comptent respectivement, 12 et 3 moniteurs, travaillant à plein temps en saison.

L'autre atout majeur de la présence des surfeurs sur la plage concerne la sécurité. Grâce à leur présence, Rémy Belloc et Fabrice Alonzo l'affirment « chaque année, nous sauvons la vie à de nombreuses personnes, et si nous n'étions pas là, il y aurait sans aucun doute, plus de victimes en dehors des périodes et heures de la surveillance ».

Ce baromètre d'activités sportives qui semble être au beau fixe, confirme quelques données prévisionnelles commerciales. A titre d'exemple, Catherine Robineau (agence Biran) estime pour sa part « que les locations sont sensiblement identiques qu'en 2008, mais que celles-ci, sont de moindres durées ». Côté hébergement de plein air, le camping de Maubuisson, par la voix de Nicolas Dartigues, constate « une augmentation de réservations estimée à 20 % de plus que l'année dernière ».

Alors, si rien ne vient contrarier ces bonnes nouvelles, tous les espoirs sont permis pour les acteurs économiques de la station.

Auteur : Pierre Vallade

Publié dans Les associations

Pour être informé des derniers articles, inscrivez vous :

Commenter cet article

Parachutisme 21/06/2011 11:52



Bonne continuation pour la saison 2011 ! 



papa en colère 23/04/2009 16:59

"12 et 3 monituers à plein temps en saison" Que font ils le reste du temps ? Quand on se décidera, au lieu de faire du saisonnier tout touriste, à créer des activités créatrices d'emplois à l'année, on pourra alors être fiers de dire "on pense à nos enfants et à la protection de nos villages". A bon entendeur salut