Le Sandre hourtinais conserve ses pilotes

Publié le par robert

HOURTIN.

 

Les adhérents effectuent un passage devant l'urne pour élire le nouveau comité directeur du Sandre hourtinais. (photo r. b.)
Les adhérents effectuent un passage devant l'urne pour élire le nouveau comité directeur du Sandre hourtinais. (photo r. b.)

Une petite centaine de présents seulement mais en nombre suffisant pour faire de l'assemblée générale du Sandre hourtinais, qui s'est tenue dimanche dernier, une réunion très animée où « anciens et modernes » ont échangé de façon pas toujours très amène ! Et ce au grand étonnement du maire Christophe Birot, présent, qui ne s'attendait pas à retrouver dans une réunion de pêcheurs, réputés gens plutôt calmes et posés, les mêmes ardeurs oratoires que celles parfois observées dans le monde de la chasse qui lui est plus familier.

Après que l'assistance eut observé une minute de silence en mémoire d'Edvard Loubaney, un des fondateurs du Sandre hourtinais, successivement président, vice-président et secrétaire de l'association, décédé en cours d'année, le président Christian Renard a d'abord présenté le bilan financier de l'exercice, en lieu et place du trésorier, excusé pour raisons de santé. Un bilan qu'il qualifia de « plus que satisfaisant » puisqu'excédentaire de 7 512,80 ? et laissant un actif de 61 429,34 ? à l'association.

Mais un bilan « moins que satisfaisant » pour Pierre Joubert qui, en tant qu'ancien président, rappela « avoir laissé à son départ 35 000 euros plus un bateau et une voiture » et qui ne manqua pas de pointer du doigt « une gestion peu rigoureuse avec un entretien insuffisant des pontons, un amortissement non programmé du matériel et un alevinage, facturé 5 919 euros, considéré comme superflu ».

Des problèmes à régler

Christian Renard, tout en reconnaissant que la nouvelle équipe sortie des urnes devra procéder à des investissements (restauration de pontons, mise en conformité d'équipements), rappela que l'alevinage servait surtout à préserver l'avenir. Et de préciser qu'avec 1 167 membres adhérents (cartes journées et semaines comprises), l'AAPPMA Hourtin était l'une des rares à avoir vu ses effectifs augmenter et qu'il convenait donc aussi de prendre en compte l'attrait touristique du lac. Pour Pierre Joubert, « petits brochetons deviendront grands... si les cormorans leur prêtent vie ! » L'invasion du lac par ces volatiles, et les prélèvements qu'il effectue sur les poissons, constituent en effet un des problèmes soulevés par la salle qui demande qu'une action soit entreprise auprès de la préfecture.

Autres questions abordées, l'envasement du lac, la prolifération du lagarosiphon major, le développement des nénuphars autour de l'Île aux enfants, l'utilisation (refusée) d'un bateau pour les carpistes... et les pouvoirs de la police du lac et de la pêche, « plutôt les excès de pouvoir de certains élus de l'AAPPMA », renchérit Pierre Joubert, alors que des voix apaisantes s'élèvent dans la salle pour appeler tous les pêcheurs à « sauvegarder le lac, participer à sa gestion, respecter les autres et la réglementation ». Dont les horaires de pêche, fixés rappelons-le, entre une demi-heure avant le lever du soleil et une demi-heure après son coucher.

Appelé à conclure, Christophe Birot ne manqua pas d'attirer l'attention sur la nécessité de protéger un « plan d'eau fragile », rappelant en la circonstance qu'il était le garant de l'entretien et de la bonne santé du domaine privé que constitue le lac, mais aussi de la sécurité des usagers, et donc du respect des règles de navigation qui appelle selon lui un renforcement de la police sur le lac. Pour atteindre ces objectifs, le maire appelle de ses voeux un rapprochement et un travail en commun avec les autres communes, souhaitant par ailleurs une harmonisation des taxes et tarifs divers sur un même plan d'eau.

Le nouveau bureau

C'est au sein d'un comité directeur élargi à 15 membres, pour être en conformité avec les nouveaux statuts, que le bureau a été constitué. Christian Renard, président, André Michel, vice-président, et Thomas Février, secrétaire, conservent leur poste. Alain Bonhomme et Jacky Sailley en seront trésorier et trésorier adjoint.

Les autres membres élus au comité directeur sont Yves Faugeras, Raymond Barrière, Michel Daligan, Francis Venanci, Alain Panatier, Bruno Arrivé, Joël Rizzi, Jacques Duriaux, Alain Serre et Jean-Paul Guérard.

Gérard Bugéïa et Michel Cazeau ont enfin été élus vérificateurs aux comptes.

Auteur : Robert Boivinet

Publié dans hourtin

Pour être informé des derniers articles, inscrivez vous :

Commenter cet article